Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
(liste) (mosaique) (swipe)
.. / .. / @selection      
◀◀       355 sur 653     ►► 

Nicolas de LARGILLIERE - la belle strasbourgeoise

Le costume porté par cette jeune femme est celui du patriciat de la Ville de Strasbourg entre 1688 et 1730. Sous Louis XIV ce costume connaît son plus somptueux épanouissement. Il est composé d’une jupe rouge recouverte d’un grand tablier noir, de manches larges serrées au coude par des rubans plissés et terminées par des manchettes de dentelles, d’un buste lacé, d’un châle blanc bordé de dentelle et surtout d’un extravagant chapeau garni de dentelle noire. C’est l’étrangeté de ce chapeau qui a incité l’artiste à en faire le nœud du tableau.
Portraitiste célèbre de la haute bourgeoisie parisienne et protecteur du jeune Chardin, Largillière, lui même auteur de natures mortes, a été formé en Flandre où il acquiert une grande richesse chromatique et un goût prononcé pour le rendu somptueux des étoffes et des matières. La même attention au réel caractérise le portraitiste et le peintre de nature morte.
L’identité du modèle reste encore mystérieuse, vraie strasbourgeoise, Parisienne portant un costume ou peut être la sœur du peintre.

La belle Strasbourgeoise, (c.1703),
musée des beaux-arts de Strasbourg.
largilliere (Nicolas De) - La Belle Strasbourgeoise (1703) Musee des Beaux-Arts, Strasbourg - 355 sur 652

  [image grand format]