Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
(liste) (mosaique) (swipe)
.. / .. / @selection      
◀◀       587 sur 968     ►► 

Louis Jean Francois LAGRENEE - mars, venus, allegorie de la paix

Diderot portait un jugement sévère sur Lagrenée : « Mon ami, tu es plein de grâce, tu peins, tu dessines à merveille, mais tu n'as ni imagination, ni esprit ; tu sais étudier la nature, mais tu ignores le cœur humain. Sans l'excellence de ton faire, tu serais au dernier rang. Encore y aurait-il lieu à dire sur ce faire. Il est gras, empâté, séduisant ; mais en sortira-t-il jamais une vérité forte, un effet qui réponde à celui du pinceau de Rubens, de Van Dyck ? »5 (1767).
Louis-Jean-François Lagrenée meurt au palais du Louvre où il résidait.
Louis-Jean-François Lagrenée, dit « Lagrenée l'aîné », né le 21 janvier 17251 à Paris où il est mort le 19 juin 1805, est un peintre français. Élève de Carle van Loo, Lagrenée est admis en mars 1744 à l'École royale des élèves protégés et envoyé à Rome. Il est agréé en 1753. Il est reçu membre de l'Académie royale le 31 mai 1755 avec L’Enlèvement de Déjanire.
Il est en Russie en 1760 où l'impératrice Élisabeth le nomme peintre de Sa Majesté et directeur de l'Académie des beaux arts de Saint-Pétersbourg à la suite de la mort de Louis-Joseph Le Lorrain. Il est à Paris en 1763.
lagrenee (Louis Jean Francois) - Mars Venus, Allegory of Peace, 1770 (veryHD) - 587 sur 967

  [image grand format]