Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
(liste) (mosaique) (swipe)
.. / .. / @selection      
◀◀       703 sur 835     ►► 

Alfred STEVENS - chasse au vagabondage ou (Les chasseurs de Vincennes)

Napoléon III est au pouvoir en France. Selon lui, les vagabonds et mendiants n'ont pas leur place dans la société actuelle et doivent être envoyés en prison pour le bon maintien de l'ordre et donner une bonne image au pays. Napoléon III souhaite éliminer la pauvreté. Le vagabondage est même inscrit comme un "délit" dans son code Napoléonien de 1804.

C'est l'hiver, à Vincennes. Une mendiante est conduite en prison par trois gendarmes avec ses enfants en bas âge. Elle porte le plus jeune dans ses bras tandis que son ainé s'accroche à sa jupe en pleurant. Ils sont tous les trois vêtus de haillons. Une bourgeoise ayant pitié, leur tend une bourse mais le gendarme lui reproche son geste. La bourgeoise veut aider la mendiante mais il est trop tard. Un vieil ouvrier se tient à droite de la scène, il a déjà renoncé à aider celle-ci.

- Au premier plan nous voyons la bourgeoise, ainsi qu'un vieil ouvrier qui a son pied droit sous la robe de la jeune bourgeoise car celle-ci s'est empressée de tendre la bourse à la mendiante, d'où cette situation.


- Au deuxième plan, nous voyons les trois gardes, la mendiante et ses jeunes enfants qui se dirigent vers la prison.

- Au troisième plan, nous apercevons le mur sombre recouvert de neige. Nous distinguons une porte sur la droite de ce mur sur lequel deux affiches sont placardées: l'une parle de spéculation immobilière "vente sur abjudication" et l'autre de l'annonce d'un bal.

Dans ce tableau sont représentées différentes classes sociales: les pauvres, la classe ouvrière, la bourgeoisie et l'Etat.

Loin d’être de « simples » portraits, les œuvres de Stevens racontent une histoire. Elles dépeignent une seconde de la vie d’une femme, un moment décisif, mais, laissent la porte ouverte à l'interprétation. Le spectateur saura deviner les tenants et les aboutissants de la scène. C'est là tout l'art de l'artiste : laisser le spectateur faire preuve de suffisamment de sagacité pour comprendre ses tableaux.
peinture, belgique, huile sur toile (172,205), Paris, Musee d'Orsay
stevens - 703 sur 834

  [image grand format]