Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique classique - autres / cinema / photographie / architecture / sculpture / mode / / lieux / histoire / documentation / textes /
◀◀     aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
Richard ROGERS - Centre Georges Pompidou (avec Renzo Piano)

Richard ROGERS - Centre Georges Pompidou (avec Renzo Piano)

Richard George Rogers (né le 23 juillet 1933 à Florence, en Italie), baron Rogers of Riverside, est un architecte italien naturalisé britannique, lauréat en 2007 du prix Pritzker.

Le Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou (CNAC), communément appelé « Centre Georges-Pompidou », « Centre Pompidou » ou « Centre Beaubourg » et, familièrement, « Beaubourg », est un établissement polyculturel situé dans le quartier de Beaubourg, dans le 4e arrondissement de Paris, entre le quartier des Halles et le quartier du Marais. Il emploie un millier de personnes et a un budget annuel de cent millions d'euros dont 65 millions de subventions de l'État.
Jan UTZON - Opera se Sydney

Jan UTZON - Opera se Sydney

En 1957, le projet d'Utzon pour l’Opéra de Sydney gagne le premier prix de la compétition internationale. Parmi les 232 projets présentés, la plate-forme surmontée de coquilles en agravitation a été choisie. Située au milieu du port de Sydney, la nature massive de la plate-forme et l’aspect réaliste des solides coquilles blanches font allusion aux plates-formes précolombiennes et orientales ainsi qu’aux ruines et aux gardes corps du château de Kronborg à Helsingor. A 38 ans, la victoire de Utzon au concours annonce une période intense de travail. La première phase de construction, la plate-forme, commence en mars 1959, tandis que le développement géométrique et structurel des coquilles dure jusqu’en 1961. Les coquilles, dont la forme a d’abord été dessinée pour les lampes Nordisk Solar dans les années 1940, a été divisée en « formes géométriques très simples » fondées sur les fragments d’une seule sphère. C’est un vrai défi de rationaliser la construction des coquilles, elle a été développée depuis une forme sphérique. Ce modèle a été conçu pour la fabrication de la toiture à partir de panneaux préfabriqués en béton.
Perfection des matériaux, précision géométrique et cohérence technique déterminent l’intégrité de l’Opéra de Sydney, qui fait allusion aux découvertes constructives du traité chinois Ying zao fa shi, dans lequel se trouvent les composantes des bâtiments de l’architecture impériale. Pendant la troisième phase de construction de l’Opéra de Sydney, la construction des coquilles est entreprise, une phase qui envisageait l’exécution de l’auditorium et de la peau extérieure. Mais ni le mur-rideau, fait d’une succession de meneaux en lamellé-collé articulé avec du bronze, qui complétait la légèreté de la coquille, ni les poutres en lamellé articulé, qui constituent l’acoustique de l’auditorium, n’ont été réalisés. Après le changement de gouvernement, l’extraordinaire accueil a été transformé. Après une longue série de désaccords qui ont conduit Utzon à quitter le chantier et à l’élection d’une nouvelle équipe d’architectes pour la dernière phase de construction, Utzon quitte l’Australie. De Sydney, il se rend à Hawaï et surtout, retourne au Mexique.

Jørn Oberg Utzon (né le 9 avril 1918 à Copenhague - mort le 29 novembre 2008 dans la même ville) est un architecte danois célèbre pour avoir conçu l'Opéra de Sydney qui est devenu le symbole de cette ville et l’« un des symboles de l'Australie les plus connus au monde », selon les propos du Premier ministre australien Kevin Rudd.
1957 -33.856991904902564, 151.21485588961517
Philippe STARCK - presse-citron Juicy Salif

Philippe STARCK - presse-citron Juicy Salif

Le seul presse-citron connu principalement pour son design est le Juicy Salif, créé par le designer français Philippe Starck, et produit depuis 1990 par la firme Alessi. L'idée du design de Juicy Salif serait venue à Starck à la vue d'un poulpe. Des esquisses réalisées sur la nappe de papier du restaurant où l'idée est venue à Starck lors d'un repas illustrent le cheminement de la conception de ce presse-citron17.
Ce modèle à trois pattes en aluminium fondu présente un cône rigide de 29 cm de haut et ne possède ni récipient pour recueillir le jus, ni barrière contre la chute de la pulpe et des pépins. D'après Umberto Eco, ceci tient probablement au fait que « le donneur d'ordre ne voulait pas du tout avoir un vrai presse-citron, mais un chef-d'œuvre, et un objet de conversation, que l'acheteur pourrait désirer comme une sculpture abstraite (au demeurant très belle, mais troublante comme un monstre marin), ou tout au moins comme un objet de prestige, mais pas du tout comme un ustensile de cuisine que l’on pourrait utiliser en pratique18. »
Starck a la réputation, notamment à cause de cette invention, de représenter un design basé sur la sémantique, qui vise plus à l'aspect communicatif de l'objet qu'à son côté pratique19. Aux critiques sur le manque de fonctionnalité de son presse-citron, Starck aurait répondu que la véritable fonction de l’objet n'est pas de presser des citrons, mais bien de lancer une conversation20. Cette volonté ressort particulièrement sur la série dorée limitée à 9999 exemplaires numérotés dévoilée à l'occasion du jubilé de la firme Alessi en 2000. En effet, les presse-citrons de cette série sont munis de la mention : « Juicy Salif Gold est un objet de collection. Ne l'utilisez pas comme presse-citron : le contact avec l'acide pourrait endommager la couche dorée18. »
Par la suite, Alessi et d'autres créateurs d'objets d'intérieur, comme la société Koziol (de), ont mis sur le marché d'autres presse-citrons design, sans toutefois réussir à créer un nouvel « objet de conversation » jusqu'à présent. Juicy Salif, au contraire, est devenu un emblème, maintes fois représenté et cité, non seulement en référence à Philippe Starck et la firme Alessi, mais aussi pour illustrer la tendance post-moderne du design des années 198021,22.
Wang SHU - New Art Academy Hangzhou China

Wang SHU - New Art Academy Hangzhou China

Wang Shu né en 1963 à Ürümqi, Chine du Nord-Ouest, est un architecte chinois contemporain appartenant au nouveau mouvement des agences modernes en Chine. Ce mouvement, par opposition au traditionalisme architectural chinois, affirme une nouvelle pratique inventive et critique de la profession d'architecte. Son travail est salué en 2012 par le prix Pritzker, la distinction la plus prestigieuse pour un architecte.
2009
Eero SAARINEN - chaise tulipe (collection Knoll)

Eero SAARINEN - chaise tulipe (collection Knoll)

Eero Saarinen (né le 20 août 1910 à Kirkkonummi, Finlande - mort le 1er septembre 1961 à Ann Arbor, États-Unis) était un architecte et designer américain d'origine finlandaise.
Eero Saarinen était le fils d'une mère artiste (sculpture, photographie, architecture) et d'un père, Eliel Saarinen, qui était l'un des principaux architectes de Finlande. La famille émigra aux États-Unis en 1923 pour s'installer dans le Michigan, près de Détroit.
Il a étudié l'architecture à l'université Yale de 1931 à 1934 . Il est mort en 1961 d'une tumeur au cerveau, à l'âge de 51 ans.
Ses constructions sont marquées par l'influence du style international ; Saarinen était connu pour varier son style en fonction des projets et construisit des bâtiments de formes et de fonctions très hétérogènes.
Eero Saarinen a également dessiné la célèbre chaise Tulipe (et le mobilier associé), éditée chez Knoll depuis 1956.
Kevin Roche, le principal collaborateur qui dirige l'agence d'architecture, en association avec John Dinkeloo, à la mort de Eero Saarinen dépose, en 2002, les archives de cette dernière à l'Université Yale.
Christian de PORTZAMPARC - Saint Emilion - Chai du Chateau Cheval-blanc

Christian de PORTZAMPARC - Saint Emilion - Chai du Chateau Cheval-blanc

« Mon souci a été de trouver un équilibre avec le paysage », commente Christian de Portzamparc. L'architecte décrit : « Le chai semble d'abord flotter en douceur sur les vignes, dans un mouvement de voiles de béton incurvés qui semble partir de la terre pour devenir colline. En montant, nous découvrons soudain la douceur, l'ampleur du paysage millénaire de ces lignes tracées par l'homme. »

Le chai du château Cheval-Blanc à Saint-Emilion (Gironde) a été inauguré début juin 2011, après seize mois de chantier. L'Atelier Christian de Portzamparc l'a conçu comme un « soulèvement du sol, porté par des voiles de béton vers la lumière et le ciel ».
2006
Renzo PIANO - Noumea - Centre Culturel Jean-Marie Tjibaou

Renzo PIANO - Noumea - Centre Culturel Jean-Marie Tjibaou

Le parti pris architectural est une traduction moderne et monumentale de l'architecture vernaculaire de l'île insérée dans son environnement.
Le cœur du Centre est un bâtiment de 6 700 m2 constitué notamment de dix hautes structures nervurées et effilées rappelant les cases traditionnelles kanakes. L'ossature de ces cases est mixte : bois d'iroko lamellé-collé et acier. Ainsi formé, le bâtiment principal est divisé en trois « villages », ayant chacun une fonction particulière.

2000
Oscar NIEMEYER - Brasilia

Oscar NIEMEYER - Brasilia

A la suite du concours public du plan d'urbanisme de la nouvelle capitale, organisé en 1956, le président Juscelino Kubitschek fait appel à Niemeyer, qui a déjà participé avec Le Corbusier à la réalisation du siège de l'ONU à New York en 1952, pour concevoir les principaux équipements publics de la ville, dont la cathédrale, le Congrès National du Brésil, les ministères, etc. Juscelino connaissait Niemeyer depuis son projet pour l'ensemble de Pampulha, Belo Horizonte, MG - Juscelino était à l'époque gouverneur du Minas Gerais.
Avec sa participation à la création de la nouvelle capitale administrative du Brésil, Brasilia, inaugurée le 21 avril 1960, la notoriété de l'architecte brésilien devient mondiale.
1956
Frank GEHRY - Musee Guggenheim, Bilbao

frank GEHRY - Musee Guggenheim Bilbao

La structure innovante du bâtiment a été dessinée par Frank Gehry dans le style qui l'a rendu célèbre. Sa silhouette est le fruit d'un assemblage singulier de pierre et de verre, d'eau et de titane. Le musée devint rapidement un des bâtiments contemporains des plus connus et appréciés au monde, faisant énormément pour le renouveau et la notoriété de la ville. Cet impact sur une ville est depuis nommé par les chercheurs par l'expression « Effet Guggenheim ».
Le musée Guggenheim de Bilbao est un musée d'art moderne et contemporain situé à Bilbao au Pays basque Espagne qui a ouvert au public en 1997. C'est l'un des cinq musées de la fondation Solomon R. Guggenheim.
En plus des pièces prêtées temporairement par la fondation mère new-yorkaise, le musée possède sa propre collection permanente, rassemblant des œuvres signées d'artistes majeurs de l'après-guerre.
Rem KOOLHAAS - Pekin - Siege de la Television Centrale Chinoise

Rem KOOLHAAS - Pekin - Siege de la Television Centrale Chinoise

L'agence d\'architecture OMA, de l'architecte néerlandais Rem Koolhaas, remporte en 2002 le concours international d'architecture pour la construction du siège social de la chaîne de télévision CCTV. Cette tour forme une arche monumentale. Deux tours verticales sont raccordées par un troisième élément en forme de pointe. L'ensemble du bâtiment est enserré dans une résille en acier qui forme des losanges irréguliers. D'une hauteur de 234m, la surface construite est de 540 000m². nCe projet est le premier des 300 tours qui doivent être construites dans le nouveau quartier d'affaire de Pékin, Chaoyang.
Se différenciant des tours et immeubles conventionnels, la CCTV Tower (à ne pas confondre avec la tour centrale de radio-télédiffusion de Pékin, aussi appelée CCTV tower, qui culmine à 405 mètres et doit être remplacée par ce nouveau siège) représente une boucle composée de six sections horizontales et verticales, totalisant une surface de 380 000 m2; ses façades sont asymétriques en tous points et leur structure entoure un espace vide en son centre, comparable à celui de la Grande Arche située à la Défense (France).
Notamment en raison des risques de séisme, sa construction fut considérée comme un défi d'ingénierie. Sa forme unique lui fait valoir le surnom dà kùchÇŽ, ce qui signifie "gros pantalon".
Les deux "jambes" du bâtiment furent liées dans la nuit du 26 décembre, quand la température descend au plus bas afin de minimiser le déséquilibre lié à l'expansion thermique de l'acier structurel. Le bâtiment fut conçu comme faisant partie intégrante d'un parc médiatique accessible au public, avec son lieu de tournage a l'exterieur et ses studios de production sur l'axe vert du CBD (Central Business District).
2005