Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique classique - autres / cinema / photographie / architecture / sculpture / mode / / lieux / histoire / documentation / textes /
drame / comedie / serie tv / science fiction / science fiction /

◀◀       aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
Ermanno OLMI - L'arbre aux sabots

Ermanno OLMI - L'arbre aux sabots

L'Arbre aux sabots (titre original : L'albero degli zoccoli) est un film italien réalisé par Ermanno Olmi sorti en 1978.

L'histoire de quatre familles de paysans pauvres dans une grande ferme en métairie du côté de Bergame, à la fin du xixe siècle. Le travail communautaire, au fil des saisons, les évènements, fêtes, mariages, naissances, veillées. L'histoire se centre sur la famille Batisti, leur fils de 7 ans, Ninec, dont l'intelligence est remarquée par le prêtre qui voudrait lui faire continuer l'école au village voisin. Pour lui tailler des sabots neufs, son père abat un arbre du propriétaire, celui-ci s'en apercevant, il chasse la famille de la ferme.
Le naturalisme sensible, mais néanmoins sans concession du film en fait un chef-d'œuvre.
1978 www.youtube.com/embed/r-D8JcJOf5M
Orson WELLES - Citizen Kane

Orson WELLES - Citizen Kane

Citizen Kane, réalisé par Orson Welles et sorti en 1941, est considéré par l'American Film Institute comme le meilleur film de tous les temps et particulièrement vanté pour ses innovations cinématographiques, musicales et narratives.

Au début des années 1940, Charles Foster Kane meurt dans son manoir de Xanadu, en prononçant dans un dernier souffle « Rosebud » en laissant échapper une « boule à neige ». Ce dernier mot énigmatique attise la curiosité de la presse. Le journaliste Thompson est chargé de percer le mystère et va rencontrer tous ceux qui l'ont connu. Ces rencontres au présent où l'on plonge dans ses souvenirs sont accompagnées à chaque fois de flashbacks qui lèvent toujours un peu plus le voile sur sa vie.
Tout jeune, il a dû quitter sa mère, qui se trouvait par hasard héritière d’une mine d’or, pour être élevé par un financier dans la perspective de sa fortune à venir. Devenu un grand magnat de la presse, il épouse la nièce du président des États-Unis et espère faire une carrière politique, carrière qui s'interrompt lorsque l'on apprend qu'il trompe sa femme avec Susan, une pseudo-cantatrice. Sa femme demande le divorce et Kane épouse alors Susan, qui se sépare de lui par la suite. Kane finit par mourir seul dans son immense manoir inachevé.
Chaque personne qui l'a côtoyé, comme Thatcher, M. Bernstein, Jedediah Leland, Susan Alexander Kane et son majordome, a une perception bien particulière du personnage, souvent très différente de celle des autres : les récits, même entrecroisés, ne font donc qu'éclairer certains aspects ponctuels de Charles Foster Kane.

la derniere scene:
« Throw that junk », traduit en français par Jette ce machin (ou mieux : cette vieillerie, ce déchet), constitue l'ultime réplique du film. Elle survient lors de la séquence finale de l'inventaire dans le château de Kane, lorsque le majordome Raymond (interprété par Paul Stewart) passe devant une luge d'enfant et s'écrie ces mots « Throw that junk ». On jette la luge dans un brasier, puis la caméra sur la musique de Bernard Herrmann s'avance lentement en travelling, et le mot gravé sur le bois noirci par le feu apparaît soudain : "Rosebud", révélant peut-être que la seule chose à laquelle Kane restait encore attaché à la toute fin de sa vie était la luge avec laquelle il aimait à jouer lors des hivers neigeux de son enfance.
La séquence de révélation concernant le mot "Rosebud" peut être rapprochée de la dernière scène du film d'Alfred Hitchcock, Rebecca, qui, un an plus tôt, se concluait sur la lettre "R" soigneusement cousue sur le coussin de la chambre de Rebecca, et qui brûlait en conclusion du film.

Un rosebud, est un bijou, ainsi qu'un jouet sexuel destiné à stimuler les zones érogènes.
La vasque porte des ornements tels que:
Pierres précieuses (types gemmes, cristaux, pierres fines)
Sculptures d'art en bronze (têtes et/ou corps, bestiaires, symboles sexuels...)
Crin de cheval, fourrure..
Le rosebud est porté de façon ponctuelle, lors des relations sexuelles. Le rosebud est collectionné par les amateurs d'art érotique.
1941 www.youtube.com/embed/Q3hfQ2IOc8s
Gerard OURY - La grande vadrouille

Gerard OURY - La grande vadrouille

Avec plus de 17 millions de spectateurs lors de son exploitation en salles, le film le plus célèbre du duo Bourvil-de Funès a été pendant plus de trente ans le plus grand succès cinématographique sur le territoire français, toutes nationalités confondues (avant d'être dépassé par Titanic en 1998), et pendant plus de quarante ans le plus grand succès d'un film français sur le territoire français1, avant d'être dépassé par Bienvenue chez les Ch'tis de Dany Boon en avril 2008.
La Grande Vadrouille est un film franco-britannique de Gérard Oury, sorti en 1966. Le film raconte sur le ton de la comédie les déboires des Français face aux Allemands sous l'Occupation.

Il est à ce jour cinquième au palmarès des films les plus vus de l'histoire en France au cinéma, précédé par Titanic, Bienvenue chez les Ch'tis, Intouchables et Blanche-Neige et les Sept Nains.
1966 www.youtube.com/embed/l30ONNO50So
Marcel PAGNOL - la femme du boulanger

Marcel PAGNOL - la femme du boulanger

Dans un village de haute Provence, un boulanger récemment installé découvre un matin que sa jeune femme est partie avec un berger. Il décide de faire la grève du pain tant que sa femme n'est pas revenue. Le village se mobilise pour pouvoir retrouver sa boulangerie.
La Femme du boulanger est un film français réalisé par Marcel Pagnol d'après un passage du roman Jean le Bleu de Jean Giono, sorti sur les écrans en 1938.
1932 www.youtube.com/embed/xi2CURNgEeE
Marcel PAGNOL - Marius - la partie de cartes

Marcel PAGNOL - Marius - la partie de cartes

CÉSAR (à Panisse)
- Tu te rends compte comme c'est humiliant ce que tu fais là ? Tu me surveilles comme un tricheur. Réellement, ce n'est pas bien de ta part. Non, ce n'est pas bien.
- Allons, César, je t'ai fait de la peine ?
- Non, tu me fais plaisir.
Quand tu me parles sur ce ton, quand tu m'espinches comme si j'étais un scélérat... Je ne dis pas que je vais pleurer, non, mais moralement, tu me fends le cœur.
- Allons César, ne prends pas ça au tragique !
- (A Escartefigue.) A moi il me fend le cœur. Et à toi, il ne te fait rien ?
- Est-ce que tu me prends pour un imbécile ? Tu as dit : « Il nous fend le cœur » pour lui faire comprendre que je coupe à cœur. Et alors il joue cœur, parbleu !
Tiens, les voilà tes cartes, tricheur, hypocrite ! Je ne joue pas avec un Grec ; siou pas plus fada qué tu sas ! Foou pas mi prendré per un aoutré ! (Il se frappe la poitrine.) Siou mestré Panisse, et siès pas pron fin per m'aganta !
1931 www.youtube.com/embed/w8rXPeB8-DY
Paul GRIMAULT - le roi et l'oiseau

Paul GRIMAULT - le roi et l'oiseau

Le Roi et l'Oiseau est un dessin animé français créé par Paul Grimault, avec des textes de Jacques Prévert d'après La Bergère et le Ramoneur de Hans Christian Andersen, et sorti au cinéma le 19 mars 1980. Des extraits du film furent également publiés aux éditions Gallimard quelques mois plus tard.
www.youtube.com/embed/VeBDbAaLu1w
Jean-Marie POIRE - les visiteurs

Jean-Marie POIRE - les visiteurs

Les Visiteurs est un film français réalisé par Jean-Marie Poiré, tourné en 1992 et sorti en 1993. Il est aujourd'hui considéré comme l'une des comédies populaires les plus célèbres du cinéma français, et a pris le statut de film culte.
En l'an de grâce 1123, pour avoir sauvé la vie du roi de France Louis VI, dit « le Gros », le comte Godefroy de Montmirail, dit « le Hardi », se voit promettre en mariage Frénégonde de Pouille, la « fillotte » du duc Fulbert de Pouille.
Mais alors que Godefroy fait route vers le château de sa promise, une sorcière lui fait absorber un breuvage à son insu. Ce dernier donne des hallucinations au comte, au point de le pousser à assassiner son futur beau-père. Afin de réparer sa faute, Godefroy demande conseil au mage Eusæbius, qui concocte une potion pour renvoyer Godefroy dans le passé, peu de temps avant le drame.
Mais le mage a oublié un ingrédient indispensable dans la préparation de la potion (les œufs de caille). Godefroy et son écuyer, Jacquouille la Fripouille, se retrouvent alors propulsés au xxe siècle, en 1992. Tous deux font la connaissance de Béatrice de Montmirail, une mère de famille bourgeoise, qui ressemble fort à sa fiancée et Jacques-Henri Jacquard, l'actuel propriétaire du château Montmirail, qui ne sont autres que leurs descendants respectifs.
Godefroy ne cherche alors qu'une chose : retourner dans son époque et épouser Frénégonde. Mais la tâche va se révéler difficile car Béatrice le prend pour son cousin Hubert. Ce dernier étant un pilote de rallye disparu depuis plusieurs années, qu'elle croit revenu et amnésique après un accident à Bornéo durant le Raid Gauloises. Il finira néanmoins par trouver le descendant du mage Eusæbius qui lui donnera la potion pour arriver cette fois-ci au bon moment de son époque. Mais Jacquouille, qui a entre-temps rencontré Ginette Sarclay, une SDF excentrique avec qui il prévoit de se marier, ne veut plus partir et se débrouille pour faire partir Jacquard à sa place.
Péripéties entre époque moderne et Moyen Âge vont alors se succéder, ponctuées de dialogues et d'expressions devenues cultes : « Montjoie Saint Denis ! Que trépasse si je faiblis », « Messire un Sarrasin ! », etc.
1993 www.youtube.com/embed/SHA4W3g5Ta4
Roman POLANSKI - le pianiste

Roman POLANSKI - le pianiste

En pleine aneantissement du ghetto de Varsovie, Le pianiste juif polonais Wadyslaw Szpilman trouve refuge dans une maison en ruines, il se cache des Allemands dans un petit grenier, mais finit par être découvert par un officier allemand et il croit sa fin toute proche mais Sa passion pour la musique va le sauver.
Le Pianiste (The Pianist) est un drame historique franco-polono-germano-britannique réalisé par Roman Polanski, sorti en 2002. Il est adapté du roman autobiographique de Wladyslaw Szpilman.
2002 www.youtube.com/embed/u_jE7-6Uv7E
Sydney POLLACK - Out of Africa

Sydney POLLACK - Out of Africa

Karen (Meryl Streep), une jeune aristocrate danoise, rejoint le Kenya - à l'époque, colonie britannique - pour épouser le frère de l'amant qui n'a pas voulu d'elle. Par ce mariage, elle devient la baronne Karen Blixen. Elle en vient vite à éprouver un amour profond pour l'Afrique, alors que l'Europe entre dans la Première Guerre mondiale. Elle s'acharne à faire pousser des caféiers sur les terres nues et désolées de sa ferme, dans l'espoir de protéger la tribu africaine qui y vit. Délaissée par son mari volage, Karen s'éprend violemment d'un chasseur, Denys Finch Hatton (Robert Redford), aussi libre et farouche que les fauves qu'il poursuit.

Out of Africa (sous-titré en français Souvenirs d'Afrique) est un film américain de Sydney Pollack, sorti le 10 décembre 1985 et adapté de La Ferme africaine, un roman autobiographique de Karen Blixen.
1985 www.youtube.com/embed/eWZ2adCaKo4
Satiajit RAY - le salon de musique (film complet)

Satiajit RAY - le salon de musique (film complet)

Le Salon de musique (Jalsaghar en bengali) est un film indien. C’est le quatrième long métrage du cinéaste bengali Satyajit Ray. Il a été réalisé en 1958.
Ce film se distingue par d’excellentes séquences de musique classique hindoustanie, vocale et instrumentale, ainsi que par des scènes de danse classique. La bande originale est de Vilayat Khan (bien que le générique de la version de Sony Pictures Classics mentionne par erreur Ravi Shankar comme compositeur). De nombreux artistes éminents apparaissent au cours du film, parmi lesquels on peut citer Begum Akhtar (premier chanteur, parfois annoncé comme Akhtari Bai), Roshan Kumari (danseuse de kathak), Ustad Bismillah Khan et son groupe, Waheed Khan (joueur de surbahar), et Salamat Ali Khan (second chanteur, joueur de khyal, parfois annoncé comme Salamat Khan).
Raconté avec un sens du détail et de l’empathie typiques des films de Satyajit Ray, Jalsaghar a reçu de nombreux éloges dans le monde entier (par exemple celui de Bosley Crowther dans The New York Times ou celui de Derek Malcolm dans The Guardian). Il est analysé dans le second volume de Roger Ebert, Great Movies, comme un film décisif du cinéma mondial.
Inspiré du roman éponyme de Tarashankar Bandopadhyay, le film est une étude détaillée et dramatique des derniers jours d’un zamindar (un propriétaire terrien semi-féodal du Bengale). Ce film raconte le déclin d’un aristocrate de la caste des Zamindars, propriétaire terrien et mécène. Imbu de la noblesse de ses origines, il sacrifiera sa fortune et sa famille pour sa passion pour les arts en donnant des réceptions ruineuses dans son salon de musique.
1958 www.youtube.com/embed/nvw5KzAX2Rw