Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique classique - autres / cinema / photographie / architecture / sculpture / mode / / lieux / histoire / documentation / textes /
sites : naturels / archeologiques / religieux / militaires / industriels / monuments / genie-civil / insolite

◀◀     aleatoire militaire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
Alcatraz - Ile prison

Alcatraz - Ile prison

Le nom d'Alcatraz est dérivé de l'espagnol Alcatraces qui signifie « pélicans » ou « étranges oiseaux ».
L'US Army a l'île à sa disposition entre 1850 et 1933, date à laquelle la propriété d'Alcatraz est transférée à la justice américaine afin d'en céder l'usage au Bureau fédéral des prisons.
Le gouvernement fédéral décide de faire d'Alcatraz une prison modèle, offrant un maximum de sécurité vis-à-vis des évasions et n'accordant que peu de privilèges aux détenus qui ne pouvaient négocier leurs conditions d'incarcération. Il était ainsi question de montrer au public à l'époque que le gouvernement fédéral était résolu à enrayer la criminalité rampante des années 1930.
Le 21 mars 1963, la prison d'Alcatraz ferme définitivement ses portes après vingt-neuf années de service.
37.8267,-122.4228 amerique-n
Belfast - Ardoyne quartier catholique

Belfast - Ardoyne quartier catholique

Ardoyne (irlandais: Ard Eoin, « haut d'Eoin ») est un quartier majoritairement nationaliste du nord de la ville de Belfast en Irlande du Nord.
Il est connu pour les incidents qui sont arrivés pendant les troubles civils d'Irlande du Nord. C'est aussi dans ce quartier que la présidente d'Irlande, Mary McAleese, est née.

54.6150,-5.9626 europe-o
Brest - Ile longue - base des sous-marins francais

Brest - Ile longue - base des sous-marins francais

L’île Longue, en breton Enez Hir, est une presqu'île bretonne située dans la rade de Brest qui sert de base à la Marine nationale française pour ses sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE).
En 1965, lors de sa visite inaugurale à l'École navale, le général de Gaulle décide de faire de l'île Longue, presqu'île voisine, la base opérationnelle des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) français.
Le choix s'est porté sur ce lieu, à la fois proche des installations militaires de Brest mais suffisamment éloigné pour limiter l'impact en cas d'accident, et facile à contrôler, de par sa configuration en presqu'île.
Commencés en 1967, les travaux vont durer cinq ans. Ce chantier, gigantesque, va remodeler en profondeur l'aspect de la presqu'île : élargissement de l'isthme, construction de terres-pleins sur l'ensemble de son périmètre (la presqu'île gagne 30ha, pour atteindre 123,9ha), creusement de deux bassins de radoub, d'ateliers et de bâtiments annexes, clôture et système de surveillance…

La masse de béton à couler est telle qu'il est envisagé d'utiliser à cette occasion la ligne ferroviaire entre Châteaulin et Le Fret du Réseau breton mais cette solution ne fut pas retenue.
En 1972, le premier SNLE français, Le Redoutable, part en patrouille. Depuis lors, l'île Longue est la base opérationnelle de la force océanique stratégique française (FOST).

À ce titre, l'île Longue assure la maintenance des sous-marins entre deux patrouilles et l'entreposage des éléments nucléaires (têtes des missiles, combustible des réacteurs) associés. La pyrotechnie « annexe » de Guenvénez, située à 4km, accueille les corps des missiles nucléaires et les missiles classiques, mais est libre de toute matière nucléaire.
L'île Longue subit en 2006 d'importants travaux de préparation à l'accueil du futur missile MSBS M-51.
Au cours de l'année 2005, une polémique a éclaté au sujet de cette zone et de Google Earth. En effet, sur ce site Internet il est possible de visualiser des images satellite de bonne qualité de cette zone sensible. Cependant, la prise de photos est interdite par les autorités depuis les côtes environnantes (arrêté préfectoral (en pdf) : [1]).

48.3079,-4.5047 europe-o
Brest - Ile longue - base des sous-marins francais

Brest - Ile longue - base des sous-marins francais

L’île Longue, en breton Enez Hir, est une presqu'île bretonne située dans la rade de Brest qui sert de base à la Marine nationale française pour ses sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE).
En 1965, lors de sa visite inaugurale à l'École navale, le général de Gaulle décide de faire de l'île Longue, presqu'île voisine, la base opérationnelle des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) français.
Le choix s'est porté sur ce lieu, à la fois proche des installations militaires de Brest mais suffisamment éloigné pour limiter l'impact en cas d'accident, et facile à contrôler, de par sa configuration en presqu'île.
Commencés en 1967, les travaux vont durer cinq ans. Ce chantier, gigantesque, va remodeler en profondeur l'aspect de la presqu'île : élargissement de l'isthme, construction de terres-pleins sur l'ensemble de son périmètre (la presqu'île gagne 30ha, pour atteindre 123,9ha), creusement de deux bassins de radoub, d'ateliers et de bâtiments annexes, clôture et système de surveillance…

La masse de béton à couler est telle qu'il est envisagé d'utiliser à cette occasion la ligne ferroviaire entre Châteaulin et Le Fret du Réseau breton mais cette solution ne fut pas retenue.
En 1972, le premier SNLE français, Le Redoutable, part en patrouille. Depuis lors, l'île Longue est la base opérationnelle de la force océanique stratégique française (FOST).

À ce titre, l'île Longue assure la maintenance des sous-marins entre deux patrouilles et l'entreposage des éléments nucléaires (têtes des missiles, combustible des réacteurs) associés. La pyrotechnie « annexe » de Guenvénez, située à 4km, accueille les corps des missiles nucléaires et les missiles classiques, mais est libre de toute matière nucléaire.
L'île Longue subit en 2006 d'importants travaux de préparation à l'accueil du futur missile MSBS M-51.
Au cours de l'année 2005, une polémique a éclaté au sujet de cette zone et de Google Earth. En effet, sur ce site Internet il est possible de visualiser des images satellite de bonne qualité de cette zone sensible. Cependant, la prise de photos est interdite par les autorités depuis les côtes environnantes (arrêté préfectoral (en pdf) : [1]).

48.3079,-4.5047 europe-o
Briancon - la citadelle Vauban

Briancon - la citadelle Vauban

Les fortifications de Vauban (l'enceinte de la ville, les forts des Salettes, des Trois Têtes, du Randouillet, l'ouvrage de la communication Y et le pont d'Asfeld) sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis le 7 juillet 2008 aux côtés des onze autres sites du Réseau des sites majeurs de Vauban.

44.8994,6.6441 europe-o
Briancon - la citadelle Vauban

Briancon - la citadelle Vauban

Les fortifications de Vauban (l'enceinte de la ville, les forts des Salettes, des Trois Têtes, du Randouillet, l'ouvrage de la communication Y et le pont d'Asfeld) sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis le 7 juillet 2008 aux côtés des onze autres sites du Réseau des sites majeurs de Vauban.

44.8994,6.6441 europe-o
Colleville sur mer - le cimetiere americain face a Omaha Beach

Colleville sur mer - le cimetiere americain face a Omaha Beach

Cette nécropole de 70 hectares est installée sur les hauteurs qui surplombe la plage d'Omaha Beach, l'une des plages du débarquement de Normandie. Dans le cimetière sont enterrés les corps de 9 387 soldats, dont 307 inconnus et quatre femmes, principalement morts le jour du débarquement ou dans les combats qui des semaines suivantes en Normandie. 14 000 dépouilles, d'abord inhumées en Normandie, ont été rapatriées aux États-Unis, à la demande de leurs proches.
49.3601,-0.8575 europe-o
Colleville sur mer - le cimetiere americain face a Omaha Beach

Colleville sur mer - le cimetiere americain face a Omaha Beach

Cette nécropole de 70 hectares est installée sur les hauteurs qui surplombe la plage d'Omaha Beach, l'une des plages du débarquement de Normandie. Dans le cimetière sont enterrés les corps de 9 387 soldats, dont 307 inconnus et quatre femmes, principalement morts le jour du débarquement ou dans les combats qui des semaines suivantes en Normandie. 14 000 dépouilles, d'abord inhumées en Normandie, ont été rapatriées aux États-Unis, à la demande de leurs proches.
Près du mémorial, dans le « jardin des disparus », se trouvent les noms de 1 557 soldats disparus.
Le territoire du cimetière est une concession perpétuelle faite par la France aux États-Unis, comme il est d'usage pour tous les cimetières militaires relatifs aux deux guerres mondiales. La nécropole a été confiée à l'American Battle Monuments Commission.
Le cimetière accueille environ 1 million de visiteurs par an et est le cimetière américain le plus visité. Un centre pour visiteurs a ouvert le 6 juin 2007. Les États-Unis y ont investi 30 millions de dollars pour retracer le débarquement. Dans une des salles, une bande-son cite en permanence le nom des soldats américains morts au combat.
49.3601,-0.8575 europe-o
desert du Nevada - zone de tirs nucleaires US

desert du Nevada - zone de tirs nucleaires US

A environ 190 kilomètres au Nord-Ouest de Las Vegas, dans le désert du Nevada, la carte officielle devient soudainement muette. Rien de ce qui se trouve dans cette zone n'y est mentionné. Pourtant, il y a des montagnes et des ravins impressionnants, des bâtiments de bonne taille ainsi qu'une immense piste d'envol longue de 9,5 km. Mais rien de tout cela ne figure sur la carte. Sur un territoire de la taille de la Suisse, il semblerait que toute activité humaine ait été volontairement occultée.
L'accès à cette zone est interdit. Des panneaux placés à ses limites indiquent que l'utilisation de la force armée est autorisée à l'encontre des intrus. En outre, l'espace aérien surplombant l'endroit est le plus inviolable des Etats-Unis. Nous sommes sur le territoire de la Nellis Air Force Range et du site nucléaire du Nevada, plus communément appelé Zone 51 (Area 51), suivant l'ancienne désignation officielle du lieu.
La Zone 51 fut établie en 1954 pour servir de base secrète à la Lockheed Aircraft Corporation, société d'aéronautique qui mettait alors au point des avions-espions pour le compte de la CIA et du Pentagone. Ce site d'essais servait encore récemment aux projets de défense les plus avancés mis en oeuvre par les Etats-Unis. Le bombardier furtif Stealth fut testé sur cette base comme d'autres engins de conception futuriste. Compte tenu de ces activités, la base a toujours été entourée du plus grand secret - l'US Aire Force (USAF) n'en a reconnu l'existence qu'en 1994 - car c'est là que se trouve le fer de lance de la technologie militaire américaine. Or, d'après certains éléments d'information récents, la technologie du site aussi bien que ses employés ne serait pas uniquement d'origine américaine. Tout ou partie serait extraterrestre !

37.1493,-116.0749 amerique-n
Douaumont - ossuaire et champ de bataille de Verdun

Douaumont - ossuaire et champ de bataille de Verdun

Conçue par le général Erich von Falkenhayn, chef suprême de l'armée allemande, pour "saigner à blanc l'armée française", la bataille de Verdun a fait plus de 300.000 morts (163.000 Français et 143.000 Allemands) entre février et décembre 1916.
La Meuse veut faire classer par l'Unesco les champs de bataille de 14-18, avec le concours de l'Italie et de la Roumanie, le classement au patrimoine mondial de l'Unesco des champs de bataille européens de la guerre de 14-18.

49.207804,5.423941 europe-o