Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique classique - autres / cinema / photographie / architecture / sculpture / mode / / lieux / histoire / documentation / textes /
sites : naturels / archeologiques / religieux / militaires / industriels / monuments / genie-civil / insolite

◀◀       aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
Barcelone - Sagrada Familia

Barcelone - Sagrada Familia

La Sagrada Família, Temple Expiatori de la Sagrada Família de son nom complet, œuvre inachevée de l'architecte Antoni Gaudí, est située dans le quartier de l'Eixample de Barcelone.
Salvador Dali considérait que "l'on devrait confier l'achèvement de la cathédrale aux chauffeurs de tramway à titre expiatoire."En 1882, Josep M. Bocabella avait acheté des terrains pour édifier un temple dédié à la Sainte Famille. Des désaccords surgirent avec le premier architecte et le travail fut alors confié à Gaudí, qui modifia le projet original et le rendit plus ambitieux.
Durant les dernières années de sa vie, Gaudí ne travailla et ne vécut pratiquement que pour le Temple de la Sagrada Família et, quand il mourut, il laissa de très nombreux plans, projets et ébauches (les plans et maquettes furent malheureusement quasiment tous détruits pendant la guerre civile espagnole, une dizaine d'années après la mort de Gaudí). Il faut noter que le bâtiment n'étant pas ─ encore ─ sanctifié, il ne peut porter le nom de « cathédrale », raison pour laquelle on le nomme « temple ».
Les colonnes et voûtes de la Sagrada Familia sont à l'image des arbresLes travaux qui se font actuellement pour achever la Sagrada Família respectent plus ou moins les projets de Gaudí, mais certes pas dans les détails, adaptés parfois à l'esthétique moderne et au style des artistes qui les créent, ce qui suscite de nombreuses polémiques.
La livraison était prévue pour 2020 ou 2023, mais actuellement on parle officiellement de 2026, centenaire de la mort de Gaudí, bien qu'elle aura plutôt lieu vers 2030. Ceci fera un siècle et demi de construction, comme Notre-Dame de Paris, œuvre collective, pour laquelle, là aussi, les compagnons ont travaillé sans plans préétablis. Le Temple est déjà inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. En outre, l'informatique va permettre de mieux interpréter les grandes maquettes élaborées par Gaudi, grâce à un logiciel de conception architecturale (Catia V5).
Le président du Comité constructeur, Joan Rigol, a annoncé début juin 2006 que la cathédrale "sera couverte à la fin 2008", ce qui permettra de l'ouvrir au culte, afin qu'à terme elle "ne soit pas uniquement une église, ni seulement un lieu touristique".


41.4035,2.1744 europe-s
Barcelone - la tour Agbar (architecte Jean Nouvel, Prix Pritzker 2008)

Barcelone - la tour Agbar (architecte Jean Nouvel, Prix Pritzker 2008)

La Torre Agbar (en catalan ou en espagnol), ou Tour Agbar, est un gratte-ciel de Barcelone dans la communauté autonome de Catalogne en Espagne, datant du début du XXIe siècle. Elle a été dessinée par l'architecte français Jean Nouvel en collaboration avec la firme d'architecture barcelonaise b720.
Le bâtiment ressemble à un gigantesque missile, certains y voyant un symbole phallique. La tour Agbar mesure 145 mètres de haut et comporte 38 étages, dont quatre en sous-sol. Cette tour est devenue l'un des bâtiments les plus remarquables de Barcelone, occupant désormais la troisième place en terme de hauteur, derrière l'Hôtel Arts et la Tour Mapfre, qui culminent tous deux à 154 m.
41.403847,2.189494 europe-s
Bilbao - le Musée Guggenheim

Bilbao - le Muse Guggenheim

Conçu par l'architecte nord-américain Frank O. Gehry, le Musée Guggenheim Bilbao est situé sur une parcelle de 32.500 m2 qui présente quelques caractéristiques particulières: d'un côté elle se trouve au niveau de la ria du Nervión, autrement dit 16 m en dessous de la cote de la ville et de l'autre elle est traversée à l'une de ses extrémités par le pont colossal de La Salve, une des principales entrées de la ville.


43.2688,-2.9341 europe-s
Ciudad Real - l'aeroport vide, victime de la crise victime de la crise

Ciudad Real - l'aeroport vide, victime de la crise victime de la crise

L'aéroport Central-Ciudad Real était un aéroport ouvert en décembre 2008 situé au sud de la ville de Ciudad Real en Espagne. Il s'agissait du premier et seul aéroport international d'Espagne à être entièrement financé par le secteur privé.
Faute de rentabilité, il a fait faillite en 2012.
Ouvert en décembre 20083, le coût de construction de l'aéroport a été d'1,1 milliard d'euros et il comprenait une piste de 4 200 mètres de long, une des plus longues d'Europe, capable d'accueillir des Airbus A380.
l'aéroport était conçu pour desservir à la fois la côte andalouse et Madrid, deux zones situées à moins d'une heure de train à grande vitesse à partir de l'aéroport. Il prévoyait à l'origine d'accueillir 2,5 millions de passagers par an, un chiffre qui devait à terme atteindre les 7 millions. Pour y arriver, l'aéroport espérait notamment attirer les vols de compagnies low-cost destinés à la capitale espagnole.
L'aéroport voulait ainsi se poser en rival de l'aéroport international Madrid-Barajas.
L'aéroport central de Ciudad Real incarne le pire symbole de la spéculation immobilière dont a souffert l'Espagne ces dernières années.
En août 2013, l'aéroport est mis en vente pour 100 millions d'€ seulement.

38.86692710014761,-3.9888524 europe-s
Cordoue - la grande Mosquee (Mezquita)

Cordoue - la grande Mosquee (Mezquita)

La grande mosquée de Cordoue ((es) Mezquita de Córdoba) aussi appelée Santa Iglesia Catedral de Córdoba, est une ancienne mosquée, un des monuments majeurs de l'architecture islamique et, avec l'Alhambra de Grenade, le plus prestigieux témoin qui nous soit parvenu de la présence musulmane en Espagne du VIIIe au XVe. Elle est connue dans le monde entier pour cette raison, étant le monument le plus accompli de l'art des Omeyyades de Cordoue. Elle est transformée en église après la reconquista, puis en cathédrale.

Lorsque Cordoue fut prise par les chrétiens en 1236, ceux-ci en firent une église puis une cathédrale. Ils murèrent l'ouverture entre la cour et la salle de prière, ne conservant qu'une porte d'entrée (Puerta de las Palmas). Ils abattirent quelques rangs de colonnes pour dégager la place de la Chapelle Royale décorée de stucs mudéjars. Ils divisèrent également la dernière travée à d'Al Mansour, à l'est, pour y délimiter des chapelles.

Au XVIe siècle, les chanoines du chapitre décidèrent de doter leur cité d'un édifice beaucoup plus somptueux et dans le goût du jour. Ils firent démolir une partie importante du centre de l'édifice pour y monter une cathédrale qui apparaît comme incrustée dans la mosquée, rompant les perspectives de la forêt de colonnes. Ce monument allie les styles gothique, renaissance et baroque et est magnifiquement décorée, mais on peut regretter — comme Charles Quint le fit — qu'on ait partiellement défiguré l'exceptionnel édifice construit par les musulmans.

Les musulmans d'Espagne on demandé en 2006 l'autorisation au Pape de l'église catholique de pouvoir prier dans la cathédrale, qui fut autrefois la grande mosquée, et aujourd'hui patrimoine mondial. Cette autorisation leur a été refusée par la voie de l'évêque de Cordoue.
37.8790,-4.7794 europe-s
San Lorenzo - Palais de l'Escurial

San Lorenzo - Palais de l'Escurial

Le Site royal de saint Laurent de l'Escurial ou Escorial (El Real Sitio de San Lorenzo de El Escorial) est un grand complexe (palais, monastère, musée et bibliothèque) qui se trouve à L'Escurial (El Escorial en castillan), commune située à 45 km au nord-ouest de Madrid, dans la Communauté autonome de Madrid (Espagne).
l'EscorialLe nom de l'Escurial vient d'un ancien village situé près du lieu où a été construit ce monastère-palais, actuellement la commune de L'Escurial, (12 669 habitants en 2003), différent de celui de Saint Laurent de l'Escurial, (14 358 habitants en 2003), apparu postérieurement au bâtiment.
Situé à côté de la montagne Abantos dans la Sierra de Guadarrama, la construction de ce complexe monumental a été ordonnée par le roi Philippe II pour commémorer la victoire de Saint-Quentin le 10 août 1557 sur les troupes Henri II, roi de France et pour servir de lieu de sépulture de ses parents, l'empereur Charles Quint et Isabelle de Portugal, ainsi qu'à lui-même et à ses successeurs.
40.589311,-4.148686 europe-s
Grenade - Alhambra

Grenade - Alhambra

L'Alhambra de Grenade est un des monuments majeurs de l'architecture islamique et l'acropole médiévale le plus majestueuse du monde méditerranéen. C'est avec la Grande mosquée de Cordoue le plus prestigieux témoin de la présence musulmane en Espagne du VIIIe au XVe siècle (voir péninsule Ibérique ou Al-Andalus). Leurs caractères sont d'ailleurs opposés : à la sobriété grandiose du monument religieux représentatif de la première architecture islamique (voir Art des Omeyyades d'Espagne), s'oppose l'exubérance de la dernière manière hispano-mauresque : celle-ci s'exprime en effet dans les palais des derniers souverains nasrides, alors en pleine décadence, et qui disparaîtront bientôt lors derniers assauts de la Reconquista.
Le nom féminin Alhambra provient de l'arabe Al Hamra, « la rouge » en raison de la couleur que prennent les murs du monument au coucher du soleil.
37.177075,-3.589271 europe-s
la Corogne - la Tour d'hercule

la Corogne - la Tour d'hercule

La légende rapporte qu’Hercule enterra à cet endroit « la » tête du géant Géryon, qui, par ailleurs, était censé en avoir trois.
La tour d’Hercule (en espagnol : Torre de Hércules) est un phare romain, situé sur un cap, face à l’océan Atlantique, dominant le port de La Corogne, en Galice (Espagne).
La tour d'Hercule est le seul phare romain — et le plus ancien phare au monde — en fonctionnement de nos jours. Il a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial le 27 juin 2009, au titre du critère III.
43.3859,-8.4065 europe-s
Mejorada - la Cathedrale personelle de Don Justo

Mejorada - la Cathedrale personelle de Don Justo

C’est l’histoire vraie d’un homme appelé Don Justo (et son nom est bien sûr emblématique) qui construit tout seul une cathédrale dans les environs de Madrid.
Depuis 1961, depuis 48 ans donc, sans autres ressources qu’une foi inébranlable, un terrain jadis hérité et sa force de travail Don Justo construit « sa » cathédrale comme d’autre cultivent leur jardin.
L’homme a commencé cette entreprise insensée dans l’indifférence générale, et sans doute l’animosité d’une municipalité peu encline à tolérer cette construction sans plan ni projet ni permis. L’ouvrier était bien seul et ne disposait, que l’on sache, que de lumières bien incertaines sur l’architecture, n’ayant pas fait d’études. Quant aux financements, ils étaient tout simplement inexistants.
Et pourtant aujourd’hui la cathédrale, encore qu’inachevée se dresse sur la bourgade, elle en est devenue la fierté. Célèbre dans le monde entier, elle a même servi de cadre à un sous produit (Dieu garde) de Coca Cola pour tourner un spot sur la beauté d’un monde où de telles folies sont possibles.

40.3941,-3.4883 europe-s
Guadamarra - Memorial de los caidos

Guadamarra - Memorial de los caidos

La basilique Santa Cruz del valle de los Caídos (de la vallée de ceux qui sont tombés) est un gigantesque monument espagnol, situé dans la vallée de Cuelgamuros (Sierra de Guadarrama), qui se trouve dans la commune de l'Escorial en banlieue madrilène.

Communément appelée valle de los Caídos, la réalisation de ce monument religieux a été commandée par le général Franco, chef de l'État espagnol de 1939 à 1975, pour rendre hommage aux « héros et martyrs de la Croisade », désignant par là les combattants franquistes morts pendant la guerre d'Espagne (1936-1939).

Par la suite, en 1958, le gouvernement espagnol décida d'en faire un mausolée pour l'ensemble des combattants morts de la guerre civile y compris les combattants républicains, du moment qu'ils fussent catholiques. Ainsi, près de trente cinq mille combattants, principalement des nationalistes mais aussi des républicains, reposent dans la crypte, non loin de la nef centrale où sont situées les sépultures de Francisco Franco et du chef de la Phalange, José Antonio Primo de Rivera.

Le monument reçoit près de 450 000 visiteurs par an.

La loi sur la mémoire historique du gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero prévoit de dépolitiser le monument afin de le consacrer uniquement à sa vocation religieuse.

40.6417,-4.1554 europe-s