Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique classique - autres / cinema / photographie / architecture / sculpture / mode / / lieux / histoire / documentation / textes /
sites : naturels / archeologiques / religieux / militaires / industriels / monuments / genie-civil / insolite

◀◀       aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
Perm 36 - ancien camp d'internement sovietique

Perm 36 - ancien camp d'internement sovietique

Dans les dernières années du régime communiste, le camp de sécurité maximum Perm-36 était la pire, la plus redoutable prison de l'ex-Union soviétique.
Ce camp, l'un des derniers de l'ère stalinienne encore debout, abrite désormais le musée du Goulag. Ce musée, qui retrace l'histoire de la répression, évoque les souffrances des dizaines de millions de détenus, victimes de la répression politique sous le système du Goulag, et la tragédie aussi des centaines de millions de citoyens de l'ancienne Union soviétique et des pays socialistes qui ont vu leur idéal d'une société plus juste et plus humaine travesti et récupéré par l'un des régimes les plus inhumains jamais conçus. Depuis décembre 1998, le programme du musée du Goulag a acquis une stature internationale en tant que projet conjoint de Musée mémorial d'histoire de la répression politique et du totalitarisme de Perm-36. Victor Shmyrov est le directeur du Musée mémorial.

58.0156,56.5734 europe-e
Saint-Petersbourg - Palais de l'Hermitage

Saint-Petersbourg - Palais de l'Hermitage

Le musée de l’Ermitage, situé au cœur de Saint-Pétersbourg, au bord de la Neva, est aujourd’hui un des plus grands musées du monde. Plus de 60 000 pièces y sont exposées dans près de 1000 salles tandis que près de 3 millions d’objets sont conservées dans les réserves. Le musée présente, à côté de nombreuses pièces de l’Antiquité, une collection d’œuvres d’art européen de la période classique qui compte parmi les plus belles au monde avec celles du musée du Louvre et du musée du Prado. Parmi les œuvres exposées figurent des peintures de maîtres hollandais et français comme Rembrandt, Rubens, Matisse et Paul Gauguin. On y trouve également 2 œuvres de Léonard de Vinci ainsi que 31 peintures de Pablo Picasso. Le musée emploie 2500 personnes. Les bâtiments abritant le musée de l’Ermitage constituent un des principaux ensembles du centre de Saint-Pétersbourg, qui est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.
59.9402,30.3139 europe-e
Saint Petersbourg - Petrodvoretz Peterhof

Saint Petersbourg - Petrodvoretz Peterhof

Peterhof (de l'allemand Peterhof « la cour de Pierre ») est une municipalité du district de Petrodvorets de l'agglomération de Saint-Pétersbourg. De 1944 à 1997, la ville porte le nom de Petrodvorets et beaucoup de Russes s'y réfèrent encore par cette appellation d'après guerre. Cette municipalité est connue pour sa série de palais et de jardins, construits sur ordre du tsar Pierre le Grand dans les années 1720. Surnommée la « Versailles russe », la ville abrite aussi un campus important de l’université de Saint-Pétersbourg, ainsi que l’usine de montres de Petrodvorets, autrefois l'une des principales manufactures de montres de l’Union soviétique1. Peterhof est situé à environ 25 km du centre de Saint-Pétersbourg, surplombant le golfe de Finlande, bras de la mer Baltique.
59.8845,29.90869999 europe-e
Tsarskoe-celo - chateau Catherine 2

Tsarskoe-celo - chateau Catherine 2

Le palais de Catherine, aussi appellé Tsarskoïe Selo, est un palais de Russie du XVIIIe siècle de type baroque, situé à Pouchkine, à 25 km de Saint-Pétersbourg.
En 1752, l'impératrice Élizabeth ordonne la construction du palais. Elle veut créer le plus beau château au monde. Le palais a été conçu par Bartolomeo Rastrelli. Élizabeth baptise sa nouvelle demeure palais de Catherine, en l'honneur de sa mère, Catherine Ire, qui avait fait bâtir un petit château à l'endroit actuel du Tsarskoïe Selo. Le palais est inauguré le 30 juillet 1756.
Catherine II dite la Grande, qui succède à Élizabeth, agrandit le palais existant. La galerie d'art du château ne comptait qu'une douzaine d'œuvres originales, mais Catherine II envoye des ambassadeurs à travers l'Europe pour acquérir les plus belles œuvres existantes. Bientôt, la collection royale compte près de 4 000 toiles.
Catherine aménage des pavillons et des jardins à l'anglaise autour de la grande mare du château.
La façade du palais de Catherine mesure plus de 300 mètres de long.
La façade de couleur bleue avec des pilliers blancs est ornée de sculptures dorées.
Chaque pièce est ornée de sculptures, de miroirs et de statuettes. Une des plus jolies pièces du palais est sans conteste la Chambre d'ambre. Autrefois la salle était couverte d'ambre véritable du sol au plafond. Elle a été détruite lors de la Seconde Guerre mondiale. Elle a été restaurée.
L'enfilade au passage d'or, une œuvre de Rastrelli, est composé de cinq portes dorées.

59.7160,30.3953 europe-e
Ile de Kronstadt - ecole des cadets de la marine russe

Ile de Kronstadt - ecole des cadets de la marine russe

Kronstadt est une ville du nord de la Russie, située sur l'île de Kotline, dans la baie de la Neva (située au fond du golfe de Finlande en mer Baltique) .
Pendant la guerre civile, elle fut le théâtre en 1921 d'une révolte durement réprimée par le pouvoir bolchévique.
L'île de Kotline est connectée par une digue avec la rive nord du golfe de Finlande. Sur celle-ci, une route relie Kronstadt à Saint-Pétersbourg. Avec la ville de Lomonosov, sur la rive sud du golfe, juste au-dessous de Kronstadt, la ville était reliée par un ferry. Depuis 2010, la demi-boucle ouest du périphérique de Saint-Pétersbourg (KAD) relie Kronstadt aux deux rives nord et sud par les deux digues. La digue sud comporte un court tunnel sous le chenal maritime.
59.9909,29.7757 europe-e
Volgograd (Stalingrad) - Statue monumentale de la Mere Patrie

Volgograd (Stalingrad) - Statue monumentale de la Mere Patrie

Durant la seconde guerre mondiale (Grande Guerre Patriotique), la ville de Stalingrad devint le centre de la bataille qui porte aujourd’hui son nom. Elle est considérée comme la plus coûteuse en vie humaine de l’histoire de l’Humanité, ainsi que le point charnière de la guerre contre les forces de la Wehrmacht.
La ville fut réduite à un champ de ruines et de gravats durant la guerre

mémorial à la mémoire de la bataille: une imposante statue allégorique de la Mère Russie fut bâti sur la Mamyev Kurgan, une des collines où la guerre fut la plus intense

48.7424,44.5370 europe-e
Araktchino - un temple de toutes les religions edifie par Ildar Khanov, le bâtisseur visionnaire de Kazan

Araktchino - un temple de toutes les religions edifie par Ildar Khanov, le bâtisseur visionnaire de Kazan

Étoiles, croix et croissants. Sur les rives de la Volga, au Tatarstan, Ildar Khanov a bâti autour de son isba plusieurs édifices religieux qu'il définit comme des lieux de culture et de rencontre autant que de prière.
En 1994, il se lance dans la construction d'un «Temple de toutes les religions». «L'idée n'est pas de fondre en une toutes les religions, qui ont chacune une histoire et une nécessité culturelle propre. Mon but est de les rassembler, de leur donner un lieu de rencontre et de communication. Ce n'est pas un lieu de culte, mais de culture», prévient-il.

Pas d'autel, pas de minaret, aucune odeur d'encens, ni son de prière. «Je voudrais créer un centre oecuménique d'histoire et de spiritualité. Une école d'art pour les enfants, un orphelinat, un centre de désintoxication, un musée d'art pictural. Nous avons déjà un théâtre actif, nous allons essayer de monter Shakespeare en sept langues cette année», récite Ildar, comme un mantra, en sautillant adroitement d'un bout de mur inachevé, sur un tas de briques, à une échelle artisanale posée sur des poutres d'acier qui soutiendront bientôt le sol d'un deuxième étage... «Nous n'en sommes qu'au début, ce ne sont que les prémices du projet.»
Le Figaro Magazine 16 aout 2012
55.801267,48.974887 europe-e
Kiev - place Maidan, place des manifestations

Kiev - place Maidan, place des manifestations

Le Maïdan Nézalejnosti, littéralement « Place de l'Indépendance »), est la place centrale de Kiev, capitale de l'Ukraine. Traversée par la rue Krechtchatyk (uk), c'est une des principales places de la ville. Cette place a connu plusieurs noms, mais elle est souvent appelée simplement le Maïdan. Lors de la Révolution orange en 2004 et des événements de l'hiver 2013-14, c'est le lieu de rassemblement des manifestants.
Maïdan vient de l'arabe , et signifie « place » en ukrainien ; tandis que Nézalejnist signifie « Indépendance ». La place a été baptisée Maïdan Nézalejnosti en 1991, après la chute de l'Union soviétique et l'accession de l'Ukraine à l'indépendance.
Après la période soviétique, et en tant que place centrale de Kiev, le Maïdan a été le centre de l'activité politique populaire. À l'automne 1990, des manifestations d'étudiants et des grévistes de la faim sur la place contraignent le premier ministre Vitaliy Masol à la démission.
Dans les années 2000, des manifestations d'envergure telles que la campagne « L'Ukraine sans Koutchma » ou la Révolution orange ont eu lieu sur la place. Fin 2004, le Maïdan Nézalejnosti est sous les feux de l'actualité, lorsque des milliers de manifestants se rassemblent sur les place et dans les rues alentour, installent des tentes et occupent les lieux pendant plusieurs semaines, malgré le froid et la neige. Un des manifestants de le Maïdan les plus emblématiques est Paraska Koroliouk5. Ces protestations contre la fraude électorale conduisent la Cour suprême (en) d'Ukraine à ordonner un tour supplémentaire lors de l'élection présidentielle, lequel sera remporté par le candidat issue de l'opposition Viktor Iouchtchenko.
À la suite de son élection, et après avoir prêté serment officiellement au Parlement, Iouchtchenko viendra prêter serment devant la population sur le Maïdan Nézalejnosti.
Après la Révolution orange, le Maïdan Nézalejnosti attire toujours des manifestations politiques, mais dans une envergure moindre que celles de 20046.
En novembre 2011, les manifestations organisées sur le Maïdan pour le 7e anniversaire de la Révolution orange ont été interdites par les autorités.
De nouvelles et violentes manifestations reprennent à partir de fin novembre 2013, dans le cadre de la suspension d'un accord d'association entre l'Ukraine et l'Union européenne. Ces manifestations deviennent sanglantes le 18 février 2014. Le 20 février le président en fonction signe un décret qui donne aux forces de l'ordres "carte blanche" ce qui a pour conséquence de violentes batailles de rue entre l'opposition et les forces de l'ordre qui ont pour conséquence des centaines de blessés et des dizaines de morts. Meme des "Sniper" ont été placés par les forces du président. Les forces de l'ordre ont l'ordre de tirer a vue sur toute personne faisant partie de l'opposition.
50.450565033035666, 30.522988259792314, 18
2014 50.450565033035666, 30.522988259792314 europe-e
Odessa - l'ecalier du cuirassé potemkine

Odessa - l'ecalier du cuirassé potemkine

L'escalier du Potemkine, également appelé « Escalier Richelieu » est un escalier monumental situé à Odessa, en Ukraine, considéré comme l'entrée officielle de la ville pour celui venant de la mer, et représente son symbole le plus connu.
L'escalier doit sa renommée à une scène du film Le Cuirassé « Potemkine » de Sergueï Eisenstein, qui y fut tournée en 1925.
cet escalier composé de 192 marches et de 10 paliers intermédiaires, mesure 12,5 mètres de large à son extrémité supérieure et 21,7 mètres à son pied, pour une longueur de 142 mètres mais qui semble néanmoins plus long en raison d'une illusion d'optique. Il est conçu de telle sorte qu'un observateur placé en haut des marches ne voit que les paliers, les marches étant invisibles, tandis qu'un observateur placé en bas ne voit que les marches.
46.48859821999226,30.74226011639405 europe-e
Tchernobyl - centrale nucleaire de Prypiat

Tchernobyl - centrale nucleaire de Prypiat

La catastrophe de Tchernobyl est un accident nucléaire particulièrement grave survenu le 26 avril 1986 dans la centrale nucléaire Lénine située sur les rives du Dniepr à environ 15 km de Tchernobyl (Ukraine) et 110 km de Kiev, près de la frontière avec la Biélorussie
51.3896,30.0991 europe-e