Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
◀◀       aleatoire     ►► 
172 - Rene MAGRITTE - blanc-seing (1965)   (autres oeuvres)
172 - Rene MAGRITTE - blanc-seing (1965)

autres oeuvres

Dans ce tableau, toutes les perspectives sont des parallèles. Ce tableau paraît très réel grâce à la perspective très réussie des troncs d'arbres, des frondaisons. Par exemple, une ligne de fuite passe en diagonale par la patte arrière droite du cheval, le pied de la femme, la tête du cheval et une branche.
Si l'on se place sur la droite du tableau, on a l'impression que le cheval sort de la forêt.
Quand on se place face au milieu du tableau, on n'a plus cette impression de voir sortir le cheval de la forêt.
Le tableau est plus ou moins réel selon la place de l'observateur et donc des lignes de fuite qu'il aperçoit depuis cette place.
Dans ce tableau, Magritte casse la perspective et la réalité en faisant apparaître des arbres et le paysage en arrière plan devant le cheval, ce qui donne l'illusion que le corps du cheval est coupé.

Le blanc seingde Magritte est une illusion d'optique, comme nous les trouvons dans le surréalisme. D'ailleurs c'est le cas avec toutes les œuvres de Magritte. Il démontre que les images sont trompeuses (décalage entre fiction et réalité).

Des choses visibles peuvent être invisibles. Lorsque quelqu'un passe dans une forêt, d'abord vous els vopyez, puis vous ne les voyez plus, mais vous savez qu'ils sont là. Dans ce tableau, la cavalière cachent les arbres et les arbres cachent la cavalière. Mais notre pensée englobe le visible aussi bien que l'invisible. J'utilise la peinture pour rendre visible la pensée. Magritte