Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique classique - autres / cinema / photographie / architecture / sculpture / mode / / lieux / histoire / documentation / textes /
fresques / icones / trecento / quattrocento / renaissance / classique / romantique / academisme / raphaelisme / impressionisme / pointillisme / fauvisme / nabis / naifs / expressionisme / surrealisme / cubisme /art nouveau / orientalisme / itinerants / symbolisme / fantastique / moderne / abstrait / pop-art / underground /

◀◀       aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
Edward HOPPER - nighthawks

Edward HOPPER - nighthawks

le tableau aurait été inspiré à Hopper par une nouvelle d'Hemingway publiée en 1927 et intitulée The Killers, dans laquelle deux tueurs attendent en vain leur victime dans un bar.
huile sur toile (84,152) Chicago, Art Institute
1942 moderne
Joan MIRO - Ciphers and Constellations, in Love with a Woman

Joan MIRO - Ciphers and Constellations, in Love with a Woman

Bien que ces œuvres portent toutes un titre différent, elles ont été regroupées sous un seul terme générique lors leur exposition à la galerie Pierre Matisse de New York en 1945.
André Breton a pris appui sur 24 de ces tableaux pour publier des poèmes hermétiques dont il est l'auteur dans un recueil intitulé Constellations.
« Dans une heure d'extrême trouble, celle qui couvre de la première à la dernière ses constellations, il semble que, par une tension réflexe au plus pur et à l'inaltérable, Miró ait voulu déployer, dans l'éventail de toutes les séductions, le plein registre de sa voix.N'importe où hors du monde et, de plus, hors du temps, mais pour mieux retenir partout et toujours, jaillit alors cette voix au timbre de si loin discernable, qui s'élève à l'unisson des plushautes voix inspirées. Pour peu qu'on y songe, du rapport d'une telle œuvre aux circonstances qui l ont vu naître se dégage le même pathétique que la négation éperdue du chasseur dans le chant d'amour du coq de bruyère. »
1941 moderne
Henri MATISSE - chemise roumaine

Henri MATISSE - chemise roumaine

En peignant La blouse roumaine, Henri Matisse donna à cette dernière une pérennité artistique et une reconnaissance internationale. En fait, la toile qui est aujourd’hui au Musée d’art moderne de Paris, était devenue le symbole de la roumanité et plus particulièrement de la féminité roumaine.
Henri Matisse eut au moins une élève roumaine – la fascinante et patriotique artiste moldave Nina Arbore. Il est plus que probable que Nina Arbore ait porté, à plusieurs occasions, la chemise paysanne roumaine. Aurait-elle été la première ‘seductrice’, inspirant au Maître le désir de peindre un tel sujet, ou aurait-elle posé pour lui, période durant laquelle Nina était l’élève de Matisse, en 1910-1911. Le fait que le collectionneur russe Shtchukin ait pu vouloir acquérir le portrait d’une élève roumaine de Matisse peut être dû au lien très fort que la famille Arbore, de Bessarabie, avait avec les intellectuels russes en général et avec Pouchkine en particulier (voir Nina Arbore). Il est aussi vrai qu’avant la Première guerre mondiale, la Bessarabie, auparavant une province de Moldavie, faisait partie de l’empire russe (voir aussi Maria Cebotari).
1940 moderne
My Grand-Mother told me (Igor BABAILOV 1937)

My Grand-Mother told me (Igor BABAILOV 1937)

Dedicated to the estimated 25 million Russian citizens, killed at the time of Stalin’s repressions. The artist's Grandfather was one of them.
In direct academic lineage, Igor Babailov inherited the traditions of his famous teachers, some of the greatest artists in the history of art. Babailov's sensitive and skillfully executed works continue the teachings of Repin, Serov, Korovin and Levitan as they embrace the beauty of God's creation and represent the historic Russian school of painting, which paved the artistic and classical foundation for these and many other outstanding Masters including the great American artist Whistler...
peinture, russie, huile sur bois 8 feet x 5 feet,
1937
Pablo PICASSO - Guernica

Pablo PICASSO - Guernica

Guernica est une œuvre majeure du peintre espagnol Pablo Picasso. Il la réalisa à la suite du bombardement de la ville de Guernica qui eut lieu le 26 avril 1937, lors de la guerre d'Espagne, et qui devint rapidement un symbole de la violence de la répression franquiste avant de se convertir en symbole de l'horreur de la guerre en général.

« La guerre d'Espagne est la bataille de la réaction contre le peuple, contre la liberté. Toute ma vie d'artiste n'a été qu'une lutte continuelle contre la réaction et la mort de l'art. Dans le panneau auquel je travaille et que j'appellerai Guernica et dans toutes mes oeuvres récentes, j'exprime clairement mon horreur de la caste militaire qui a fait sombrer l'Espagne dans un océan de douleur et de mort. »
Picasso.

Créé en quelques semaines, sur commande des républicains pour le pavillon Espagnol de l'Exposition universelle de Paris de 1937 (dédiée au progrès et à la paix), Guernica exprime la révolte du peintre espagnol. Cette immense toile monochrome est le symbole des horreurs de la guerre, inspiré du bombardement de la ville de Guernica, le 26 avril 1937, pendant la guerre d’Espagne, par l'aviation nazie, alliée de Franco (1600 morts).

Guernica est une lutte révolutionnaire par la peinture, le manifeste politique de Picasso et l’emblème de la participation du peintre aux drames de son temps : la violence, la barbarie et la guerre. Pablo Picasso rejoint en ce sens Francisco Goya, devenu lui aussi témoin engagé des évènements de son époque (violences et répressions lors de la guerre de 1808).
1937 cubisme
Emily CARR - Guyasdoms d Sonoqua

Emily CARR - Guyasdoms d Sonoqua

Ses peintures ont pour thèmes principaux les forêts de sa région, la Colombie-Britannique, et l'art totémique des Autochtones (Premières nations). Emily Carr (13 décembre 1871 à Victoria (C.-B.), Canada - 2 mars 1945 à Victoria, Colombie-Britannique) fait partie des artistes les plus reconnues du Canada.
Emily Carr s'intéresse au sort des autochtones dont les territoires ont été récemment occupés par des colons britanniques, Avant gardiste, elle se voue aux paysages de forêt, mer et montagne avec une ligne rythmique et calligraphique. Comme son voisin et collègue américain, Mark Tobey, qui l'a beaucoup encouragée, elle s'ouvre à la stylisation de l'art autochtone et au pinceau fluide de l'art chinois
1930
Frederick Childe HASSAM - soir de fete

Frederick Childe HASSAM - soir de fete

Peintre de scènes de genre, figures, nus, intérieurs, paysages, paysages urbains, marines, natures mortes. Peintre à l'huile, à la gouache, aquarelliste, pastelliste, graveur, dessinateur, illustrateur, lithographe.
Frederick Childe Hassam, né le 17 octobre 1859 à Dorchester, Massachusetts et mort le 27 août 1935 à East Hampton, New York, est un peintre impressionniste américain important du xixe?‑?xxe siècles. Il était membre des Ten American Painters.
1930
Francis PICABIA - Hera

Francis PICABIA - Hera

Francis-Marie Martinez de Picabia, né le 22 janvier 1879 à Paris (2e arrondissement)1 et mort le 30 novembre 1953 dans la même ville, est un peintre, graphiste et écrivain proche des mouvements Dada et surréaliste.
1929
Otto DIX - tryptique metropolis

Otto DIX - tryptique metropolis

Otto Dix est certainement le peintre allemand qui sut le mieux exprimé le désarroi d'une société d'entre-deux guerres rongée par le souvenir des tranchées, la crise économique et les inégalités sociales.
Les années 20, ce sont les années folles. C’est le jazz, la revue nègre, les cabarets, Sydney Bechet, le strip-tease, le strass, les paillettes. Mais celà n'est qu'une façade. L'envers du décors, c'est la réalité cruelle et sordide d'une époque contre laquelle vont s'engager les artistes. Cette réalité, Otto Dix va la peintre en 1928 à travers un triptyque - Métropolis, la grande ville - opposant le luxe des riches bourgeois de la république de Weimar au milieu sordide des bordels. Dix nous rappelle qu’à cette époque le corps et la sexualité sont des valeurs marchandes dans un monde où tout s’achète. Les grandes villes sont des labyrinthes de plaisir mais aussi un enfer terrestre. C’est la nouvelle objectivité esthétique de l’Allemagne des années 20. On peint la réalité sociale de façon objective et détachée pour mettre en avant l’absurdité des grandes villes (Neue sleischlicshkeit). Au delà de l’art déco, les années 30 furent des années de doutes, de drame, de crise voyant la montée de tous les dangers en Europe.

1928
Tamara de LEMPICKA (1898-1980) - auto-portrait

Tamara de LEMPICKA (1898-1980) - auto-portrait

ce sont les peintures de Lempicka qui sont choisies le plus souvent aujourd'hui lorsqu'il s'agit d'illustrer les années folles de l'entre-deux-guerres.
Ses modèles se caractérisent par des regards interrogateurs et sensuels, une bouche pulpeuse pour les femmes et pincée pour les hommes, des couleurs vives, mais en nombre limité, mises en valeur par des fonds gris ou noirs. Derrière une stylisation néo-cubiste, qui les situe parfaitement dans leur temps, les portraits de Tamara de Lempicka ne négligent aucune des magistrales recettes de composition qui furent élaborées par ses grands prédécesseurs de la Renaissance italienne.
peinture, , ,
1925 art nouveau