Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique classique - autres / cinema / photographie / architecture / sculpture / mode / / lieux / histoire / documentation / textes /
fresques / icones / trecento / quattrocento / renaissance / classique / romantique / academisme / raphaelisme / impressionisme / pointillisme / fauvisme / nabis / naifs / expressionisme / surrealisme / cubisme /art nouveau / orientalisme / itinerants / symbolisme / fantastique / moderne / abstrait / pop-art / underground /

◀◀     aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
Nicolas de STAEL - le grand concert

Nicolas de STAEL - le grand concert

Les toiles de Nicolas de Staël se caractérisent par d'épaisses couches de peinture superposées et un important jeu de matières, passant des empâtements au couteau à une peinture plus fluide
Refusant les étiquettes et les courants, tout comme Georges Braque qu'il admire, il travaille avec acharnement, détruisant autant d’œuvres qu'il en réalise.
1955 abstrait
Vassily KANDINSKY - composition 8

Vassily KANDINSKY - composition 8

En 1896, Kandinsky, brillant juriste se convertit à la peinture, comme on entre en religion et choisit Munich comme terre d’exil. Très vite dégoûté par l’enseignement académique, mais sûr de sa vocation, il crée en 1901 le groupe Phalanx, pour inventer «l’art du futur»
L’échec de son groupe lui fait parcourir l’Europe et la Méditerranée et quand il revient à Munich, en 1908, il a la chance de rencontrer à Murnau, dans les pré Alpes bavaroises un vrai «disciple», Franz Marc, avec lequel il fondera le mythique Blaue Reiter, un groupe ouvert à tous les courants novateurs internationaux de l’époque. 1908-1914: en six ans, il rassemble l’essentiel de son nouveau savoir-faire et théorise, dans le fameux «Du spirituel dans l’art» son passage du réalisme à l’abstraction mais aussi son éloge de la «nécessité intérieure».qui permet de dépasser l’art décoratif. Une époque émaillée de rencontres décisives:avec Rudolf Steiner, pour qui chaque couleur a un sens quasi métaphysique Rencontre décisive aussi avec Arnold Schoenberg, musicien de la Nuit transfigurée mais aussi peintre, avec lequel il entretiendra une correspondance d’égal à égal. Chacun est conscient d’une recherche commune: délivrer la musique de la tonalité et la peinture de la figuration. Ses«compositions» et «impressions», sont un hommage à la musique et une délivrance du «sujet» figuratif. Déjà Wagner, dès 1895, avait joué un rôle décisif dans sa jeunesse, comme le prouve cette réflexion sur Lohengrin : L’opéra de Wagner m’est apparu comme l’incarnation parfaite de la tombée du jour à Moscou. Les violons, les basses profondes et surtout les instruments à vent personnifiaient pour moi toute la lumière du couchant. Il m’a semblé évident que la peienture possédait des forces et des moyens d’expression aussi puissants que ceux de la musique»
peinture, russie, , New-York, Musee Guggenheim
1923 abstrait