Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique classique - autres / cinema / photographie / architecture / sculpture / mode / / lieux / histoire / documentation / textes /
fresques / icones / trecento / quattrocento / renaissance / classique / romantique / academisme / raphaelisme / impressionisme / pointillisme / fauvisme / nabis / naifs / expressionisme / surrealisme / cubisme /art nouveau / orientalisme / itinerants / symbolisme / fantastique / moderne / abstrait / pop-art / underground /

◀◀       aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
Norman ROCKWELL - fillette noire victime de segregation

Norman ROCKWELL - fillette noire victime de segregation

À la fin des années 1960, Rockwell travaille pour la revue "Look" et illustre des thèmes en relation avec les convulsions politiques du temps. Sa plus célèbre illustration pour "Look" représente une petite fille noire américaine se rendant à l'école, escortée par des agents fédéraux, en pleine période ségrégationniste. Vers la fin de sa vie, il fera encore des affiches publicitaires et le calendrier des boy-scouts jusqu'en 1976.
Le style de Norman Rockwell a été qualifié de storyteller (narratif). Comme illustrateur, il faisait en sorte que ses œuvres soient en parfaite correspondance avec les textes qu'il illustrait (c'est le cas de Tom Sawyer). Pour ses couvertures de magazines, chaque détail avait un rôle dans la narration de la scène. Son travail a évolué d'un naturalisme hérité du xixe siècle à une peinture plus réaliste et précise dans sa période la plus prolifique. Il use aussi de la caricature pour accentuer le caractère comique de certaines situations.
peinture, usa, illustration, magazine 'Look'
1960 illustration
Maurits Cornelis ESCHER - lien infini

Maurits Cornelis ESCHER - lien infini

Maurits Escher associe perfection d'exécution et imagination. Il abuse de nos sens visuels, joue avec notre raison, invente de nouvelles représentations spatiales et de nouveaux mondes qui n'existent que par le dessin.
Deux spirales s’unissent et forment le visage d’une femme à gauche et d’un homme à droite. Comme un lien infini, leurs fronts s’entrelacent, formant une double unité. L’espace est suggéré par les sphères qui flottent au premier plan, à l’intérieur des images creuses et derrière elles.

1956 illustration
Nicolas de STAEL - le grand concert

Nicolas de STAEL - le grand concert

Les toiles de Nicolas de Staël se caractérisent par d'épaisses couches de peinture superposées et un important jeu de matières, passant des empâtements au couteau à une peinture plus fluide
Refusant les étiquettes et les courants, tout comme Georges Braque qu'il admire, il travaille avec acharnement, détruisant autant d’œuvres qu'il en réalise.
1955 abstrait
Georges BRAQUE - les oiseaux

Georges BRAQUE - les oiseaux

Il est, avec Pablo Picasso, l'un des initiateurs du cubisme. Peintre de compositions animées, figures, intérieurs, natures mortes, paysages, peintre de collage, graveur, sculpteur.
Georges Braque, né à Argenteuil (Seine-et-Oise, actuellement Val-d'Oise) le 13 mai 1882 et mort à Paris le 31 août 1963, est un artiste-peintre et un sculpteur français. L'artiste s'inscrit dans un premier temps dans le mouvement fauve, puis cubiste.
1954
Rene MAGRITTE - Golconde (pluie d'hommes)

Rene MAGRITTE - Golconde (pluie d'hommes)

Golconde est un tableau de René Magritte peint en 1953. Il en existe plusieurs versions dont l'une fait partie de la Menil Collection à Houston. Une esquisse de petite taille est l'une des nombreuses œuvres du legs Scutenaire-Hamoir aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique à Bruxelles.
C'est un tableau surréaliste qui représente de manière répétée, quasiment obsédante et symétrique, un homme très impersonnel, un peu raide, qui « pleut » sur la ville représentée par de simples immeubles blancs au toit rouge, qui occupent la moitié inférieure du tableau. La perspective est à la fois linéaire avec un point de fuite visible sur l'immeuble de droite, atmosphérique (hommes au fond qui deviennent légèrement flous) et comporte une succession de plans. Les couleurs, plutôt froides, se partagent entre le blanc, le bleu, le gris et le beige. La lumière vient de derrière les immeubles comme une aube naissante et met en valeur les hommes qui sont comme des taches noires.
Cette « pluie » d'hommes au chapeau melon, vêtus de gris foncé, est devenue une métaphore de la condition humaine au xxe siècle, le symbole de la perte d'identité individuelle et de la banalité monotone du quotidien.
peinture, belgique, huile sur toile, Houston coll mesnil
1953 surrealisme
Henri MATISSE - les nus bleus

Henri MATISSE - les nus bleus

Nu bleu II est l’un des quatre Nu bleu assis exécutés par Matisse en gouaches découpées en 1952. Leur exécution est précédée de dessins au crayon, à l’encre et aux crayons de couleurs, réalisés en 1951, à travers lesquels Matisse cherche surtout l’articulation des jambes de la figure et sa position dans l’espace de la feuille.
Les Nu bleu assis, tout comme Vénus, bien que différemment, illustrent l’importance du vide dans la composition de l’image. Des interstices de lumière et d’espace aménagés à l’intérieur de la figure en dessinent les volumes. Ils créent des zones de passage dans la forme même, assurant à l’air, à la lumière et à l’espace une circulation continue sur toute la surface. Ainsi, nulle rupture entre la forme et le fond : la figure et l’espace ne font qu’un, ils occupent le même plan. La monumentalité de la figure tient surtout à la quantité d’espace qu’elle occupe sur la feuille, qui parvient tout juste à la contenir. Des dessins de Laurens de 1946 présentent les mêmes caractéristiques.
1952
Charles SHEELER - windows

Charles SHEELER - windows

Les tableaux de Charles Sheeler, comme ses photographies, traitent aussi d'architecture ou de machines. Il y a d'ailleurs souvent une photographie à l'origine du tableau
Charles Sheeler, né le 16 juillet 1883 et mort le 7 mai 1965, est un photographe et peintre américain du xxe siècle, et l'un des fondateurs du mouvement du Précisionnisme.
1952 cubisme
Salvador DALI - tete raphaelesque eclatee

Salvador DALI - tete raphaelesque eclatee

Dans des tons ocres-gris, Dalí réalisa une image double pouvant être à la fois interprétée comme le portrait de Raphaël et l'intérieur d'un édifice romain, probablement le Panthéon – édifice transformé en église catholique.
En second plan, l'intérieur du Panthéon est éclairé une lumière divine venant d'entre des nuages noirs. En premier plan, le visage de Raphaël est constitué d'une succession discontinue (théorie atomique) de cornes de rhinocéros disposés selon une spirale logarithmique.
Les explosions des bombes atomiques à Hiroshima et Nagasaki ébranlèrent « sismiquement » le peintre et impulsèrent une nouvelle source d'inspiration : L'ensemble de ces éléments, discontinuité fondamentale de la théorie atomique, corne de rhinocéros, renaissance italienne, spirale logarithmique se retrouvent intimement imbriqué dans cette œuvre mettant également en œuvre un autre aspect de la peinture du maître : les images multiples.
Le fond de couleur gris-papier représente des schéma et des croquis. On y note en particulier des spirales montantes et un cercle surplombant le portrait.
Le plafond du Panthéon où entre la lumière divine est également l'intérieur du crâne de Raphaël, suggérant une inspiration divine du maître du xve siècle, impression renforcée par le cercle en qui surplombe son portrait, à la manière des auréoles des saints.

La toile fait partie de la période de « mysticisme nucléaire » du peintre, dont elle est représentative. Tête Raphaélesque éclatée est une huile sur toile surréaliste de Salvador Dalí réalisée vers 1951.
1951
SAMIVEL - le grand paradis

SAMIVEL - le grand paradis

Pour Samivel il n’y a qu’un seul univers: la montagne. Et qui d’autre que lui sait parler de cette montagne, des alpinistes, de leurs joies et de leurs frayeurs, des marmottes et des choucas, du vent, de l’orage, de l’alpe, des bergers, des saisons
Écrivain, poète, auteur de pièces de théâtre, graphiste, aquarelliste, cinéaste, conférencier, Samivel (1907-1992) avait tous les talents. Il fut, dès les années trente, l'un des précurseurs de la protection de la nature: c'est le monde dans son admirable diversité qui l'intéressait, aussi bien celui des hommes que celui de la nature; la montagne, certes, mais aussi la mer, les déserts, de sable ou de glace, la forêt... Samivel a publié plus d'une vingtaine de livres - pour "petites personnes de cinq à quatre-vingts ans", disait-il -, ouvrages illustrés, albums pour enfants, romans, récits, essais.

(http://www.ecrivains-voyageurs.net/lectures/lectures62.htm)
peinture, france, aquarelle,
1950 illustration
Nicolas De STAEL - bateaux

Nicolas De STAEL - bateaux

Par son style évolutif, qu'il a lui-même appelé évolution continue Nicolas de Staël reste une énigme pour les historiens d'art
Sa peinture est en constante évolution. Des couleurs sombres de ses débuts, elle aboutit à l'exaltation de la couleur. Ses toiles se caractérisent par d'épaisses couches de peinture superposées et un important jeu de matières, passant des empâtements au couteau à une peinture plus fluide
1950