Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique classique - autres / cinema / photographie / architecture / sculpture / mode / / lieux / histoire / documentation / textes /
fresques / icones / trecento / quattrocento / renaissance / classique / romantique / academisme / raphaelisme / impressionisme / pointillisme / fauvisme / nabis / naifs / expressionisme / surrealisme / cubisme /art nouveau / orientalisme / itinerants / symbolisme / fantastique / moderne / abstrait / pop-art / underground /

◀◀       aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
Johannes VERMEER - la jeune fille a la perle

Johannes VERMEER - la jeune fille a la perle

Ce visage à la troublante beauté n'a pas perdu une once de son mystère en trois siècles, et continue de susciter bien des interrogations, les traits de la figure ne sont pas nettement définis, accentuant d'autant sa beauté.
La Jeune Fille à la perle ou La Jeune Fille au turban (Meisje met de Parel) a ete peint par Vermeer vers 1665, le tableau est exposé au Mauritshuis de La Haye. On l'appelle aussi la « Joconde du Nord ».
Vermeer a travaillé avec des éléments chromatiques simples ; quelques glacis du même pigment expriment les ombres. Le turban, mélange d'outremer et de blanc, est surmonté d'un tissu jaune éclatant ; la veste modelée avec un ocre plus clair fait ressortir le blanc du col qui se reflète dans la perle. L'art de la carnation tient dans un glacis mince, de couleur chair, sur un sous-modelage transparent. André Malraux soulignait la simplification magistrale qui en fait un « galet translucide ».



Flamme-enfant vacillante
Aux lueurs des chandelles
Quand l’ombre se veut lente
Afin d’être plus belle…

Jeune fille à la perle
Quand vient le petit jour,
Quand ce monde cruel
Disparaît à son tour…

Vincent Marie - Jeune fille à la perle

Moi je t'offrirai Des perles de pluie
Venues de pays Où il ne pleut pas ...
Je ferai un domaine où l'amour sera roi
Où l'amour sera loi où tu seras reine.

Jacques Brel - ne me quitte pas

1665 scenes interieur
Jan STEEN - rethoriciens à la fenetre

Jan STEEN - rethoriciens à la fenetre

La vie quotidienne constitue le sujet de prédilection de Steen. Un bon nombre de tableaux sont pleins d’animation, voire chaotiques et luxurieux, à tel point que ce genre de scènes a donné naissance à une expression couramment utilisée en néerlandais : « een huishouden van Jan Steen », c'est-à-dire « un ménage de (à la) Jan Steen »
Jan Havickszoon Steen est un peintre néerlandais du siècle d’or. Représentant du baroque, il figure parmi les peintres de genre néerlandais les plus importants de son époque. Il a peint quelques centaines de tableaux, de qualités inégales, mais caractérisés, surtout, par la connaissance du cœur humain, l’humour, et une utilisation exubérante de la couleur. Il représente fréquemment des valeurs morales dans des scènes du quotidien, en recourant à des images la plupart du temps symboliques.
1662
Johannes VERMEER - la lecon de musique

Johannes VERMEER - la lecon de musique

Vermeer travaillait lentement et avec méticulosité. Ses œuvres se distinguent par une combinaison de couleurs inimitable — des couleurs claires, et des pigments quelquefois coûteux, avec une prédilection pour l'outremer naturel et le jaune —, la maîtrise dans le traitement de la lumière et de l'espace4, et la combinaison d'éléments relativement restreints, et récurrents d'une toile à l'autre, figurant un monde plus parfait qu’aucun de ceux dont il eût été témoin5.
Après avoir été pratiquement oublié durant près d’un siècle, Vermeer fut redécouvert de la critique d'art en 1866 quand Théophile Thoré-Burger lui consacra une série d'articles. Dès lors, sa réputation n'a cessé de s'amplifier, et il est à présent reconnu, avec Rembrandt et Frans Hals, comme l’un des plus grands peintres du Siècle d'or néerlandais.
1662
Johannes VERMEER - vue de Delft

Johannes VERMEER - vue de Delft

Vue de Delft (Gezicht op Delft) est un tableau de Johannes Vermeer peint entre 1659 et 1660, exposé au Mauritshuis de La Haye (huile sur toile, 98,5 × 117,5 cm).
Cette Vue de Delft représente une partie de la ville natale de Vermeer sous la forme d'une veduta, une peinture très détaillée d'un paysage urbain. Elle constitue, avec La Ruelle, le seul paysage de l'œuvre du peintre.
On y aperçoit au premier plan le Schie Canal, encadré par les portes de Schiedam (à gauche) et de Rotterdam (à droite), ainsi que la Nouvelle Église (Nieuwe Kerk) protestante éclairée au fond par les rayons du soleil.

Vue de Delft (Gezicht op Delft) est un tableau de Johannes Vermeer peint entre 1659 et 1660, exposé au Mauritshuis de La Haye (huile sur toile, 98,5 × 117,5 cm).
1659
Johannes VERMEER - la ruelle

Johannes VERMEER - la ruelle

La Ruelle (Het Straatje) est un tableau de Johannes Vermeer peint entre 1657 et 1658, exposé au Rijksmuseum d'Amsterdam (huile sur toile, 54,3 × 44 cm).
La rue représentée est une ruelle de Delft, la ville natale du peintre. Certains historiens topographes admettent que la maison représentée est l'arrière de l'auberge des parents de Vermeer.
20561121
Carel FABRITIUS - le chardonneret (The Goldfinch)

Carel FABRITIUS - le chardonneret (The Goldfinch)

Ses premières œuvres témoignent d’un très nette influence du style de Rembrandt. Il est pourtant l’un des rares qui soient parvenus au fil du temps à se dégager de son exemple : il abandonna les couleurs sombres et employa progressivement des teintes plus claires et plus chaleureuses. À côté de cela, il se préoccupa surtout de l’harmonie des couleurs et de la perspective.
This painting illustrates Fabritius' use of a restricted colour palette and delicate lighting effects against a light background. Note the trompe l'oeil effect: from a distance and against a wall of the right colour, the box on which the goldfinch is perching seems truly three-dimensional and the bird is strikingly life-like.


Joli Chardonneret tu es sorti de l’ombre
Posé sur la rembarde pour venir me chanter
Une ode à la Nature, au Soleil, au Printemps
Tu es venu me dire que l’Amour est devant

Elodie Santos
1654 genre
Georges de la TOUR - nativité

Georges de la TOUR - nativité

La toile de Georges De La Tour s'inscrit par son clair-obscur, ses tons chauds et son cadre serré, dans la tradition caravagesque. Comme dans tous ses tableaux nocturnes, La Tour recherche les formes rondes et lisses. La lumière joue un rôle important, elle est artificielle et calculée mais c'est d'elle que se dégage une unité autour de cet enfant. Comme dans toutes ses œuvres, le divin s'incarne dans le monde réel plutôt qu'exalté par une transcendance inaccessible.
Le Nouveau-né a été attribué à Georges de La Tour en 1915 et a permis la redécouverte du peintre, après deux cent cinquante ans d’oubli. Ce tableau est considéré comme un chef-d’œuvre de sa maturité, mais reste néanmoins enveloppé d’un certain mystère.
1645
Sebastien STOSKOPFF - nature morte de verres dans un panier (detail)

STOSKOPFF - nature morte de verres dans un panier (detail)

L'art de Sébastien Stoskopff, presque exclusivement consacré à la nature morte (il fit aussi quelques portraits), connaît au départ le " désordre savamment organisé " de la peinture flamande et hollandaise. Il recueille un certain caravagisme. Les recherches de composition rigoureuses et un peu sèches de sa période parisienne vont être supplantées, à son retour à Strasbourg, par ses évocations d'ambiance, où le trompe-l'œil se trouve baigné dans un etonnant clair-obscur.
Très apprécié à son époque, il fut considéré comme l'un des plus grands maîtres de la nature morte. Son œuvre a été redécouverte dans les années 1930.

peinture, france, Oil on canvas, Musee Oeuvre Notre-Dame, Strasbourg
1644
David TENIERS - interieur avec joueur de luth et chanteuse

David TENIERS - interieur avec joueur de luth et chanteuse

Influencé par Rubens et Adam Elsheimer, le répertoire de David Teniers est particulièrement varié, même dans le domaine du paysage. Une chaumière blottie contre une terre, quelques arbres au détour d’un chemin lui suffisent comme motif de composition. Mais ce sont essentiellement les effets de lumières qui l’intéressent : il aime à représenter les paysages de campagne au crépuscule, par clair de lune, ou encore par temps de neige. À ses meilleurs moment il aime produire une belle synthèse, lorsqu’il élimine les détails, voit en masse, et procède par plan de couleur. Dans ce cas l’élément pittoresque, auquel il s’attarde trop souvent, disparaît et l’artiste exprime un sentiment de grandeur et de solitude.
1642
Georges DE LA TOUR - apparition de l'ange à Joseph

Georges DE LA TOUR - apparition de l'ange à Joseph

Georges de la Tour illustre ici un épisode de l'évangile, Marie se trouva enceinte par le fait de l’Esprit Saint. Joseph, son mari, qui était un homme juste et ne voulait pas la dénoncer publiquement, résolut de la répudier sans bruit.
Alors qu’il avait formé ce dessein, voici que l’Ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : "Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ta femme : car ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus : car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés."
peinture, france, , Nantes, Musee des Beaux Arts
1640 religieux