Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique classique - autres / cinema / photographie / architecture / sculpture / mode / / lieux / histoire / documentation / textes /
fresques / icones / trecento / quattrocento / renaissance / classique / romantique / academisme / raphaelisme / impressionisme / pointillisme / fauvisme / nabis / naifs / expressionisme / surrealisme / cubisme /art nouveau / orientalisme / itinerants / symbolisme / fantastique / moderne / abstrait / pop-art / underground /

◀◀       aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
Guido RENI - Saint Matthieu l'évangéliste et l'Ange

Guido RENI - Saint Matthieu l'évangéliste et l'Ange

Guido Reni, dépeignant ici Saint Matthieu, sera marqué par Le Caravage mais aussi par Raphaël. Sa peinture est avant tout celle d'une sensualité élégante, qui n'exclut pas la religiosité : en effet, le Vatican lui passa plusieurs commandes, dont les fresques du palais Quirinal. Son style est celui du baroque évoluant vers le classicisme.
Guido Reni dit le Guide (Bologne, 1575 - Bologne, 1642) est un peintre italien qui appartient à l'école de Bologne.

peinture, italie, huile sur toile, Rome, Musees du Vatican

1635 biblique
Diego VELAZQUEZ - la reddition de Breda (detail)

Diego VELAZQUEZ - la reddition de Breda (detail)

Velázquez a fait la connaissance de Spinola durant son premier séjour en Italie. Dans le tableau, il accentue la noblesse de caractère et l'humanité du général. Celui-ci, chevaleresque, accueille son adversaire vaincu Justin de Nassau et lui donne l'accolade en signe d'estime. Il semble ne pas faire attention à l'humiliante remise des clés.

Cet exceptionnel tableau historique de Vélasquez fait de ses spectateurs les témoins d’un double drame. Celui que représente une guerre pour tous ceux qui la font et ceux qui la subissent. Celui de la défaite et donc de la soumission à l’ennemi pour ceux qui la perdent.

Sous un ciel magnifique, en camaïeu de gris et bleu, au second plan de cette composition complexe, le drame de la guerre est encore présent dans le fracas de ses armes et la fumée de ses canons, avec la figuration par Vélasquez des dernières escarmouches d’une bataille dont l’issue est déjà certaine. La profondeur de la scène est rendue par une succession de plans et par une gamme variée d’effets lumineux.

Au premier plan, qui occupe en fait plus des deux tiers de la composition, dans un somptueux dégradé de marron, d’ocre et d’or, le drame de l’allégeance des vaincus au vainqueur. En 1625, la ville hollandaise de Breda tombe entre les mains des Espagnols.

Au premier plan, les deux camps se font face au moment de la reddition. A gauche, les Hollandais, en rangs peu serrés, hallebardes et lances tenues sans conviction, le personnage de premier plan nous tournant le dos s’appuie sur sa lance qu’il a calée au creux de son épaule, tandis que son voisin nous regarde d’un air distrait, comme étranger à la scène. A droite, les Espagnols, nombreux, en rangs serrés, sur fond de lances dressées vigoureusement tenues, oriflamme encore déployé, donnent davantage le sentiment d’être partie prenante de la scène qui se déroule sous leurs yeux. Les deux groupes d’hommes, chacun derrière leur chef, constituent une véritable galerie de portraits aux expressions contrastées qui accentue l’impression d’instantanéité de la scène principale au centre de ce tableau à la composition remarquablement bien équilibrée.

La manière chrétienne de faire la guerre
1634 genre
Pieter CODDE - dame assise au virginal

Pieter CODDE - dame assise au virginal

La plupart de ses peintures les plus connues furent réalisées à Amsterdam, et sont des œuvres de petit format. Elles se caractérisent par des tons gris argenté, et beaucoup représentent des sujets en rapport avec la musique, comme c’est le cas de sa première scène de genre, La Leçon de danse (Musée du Louvre) de 1627
Bien que l’on ignore s’il fut un élève de Frans Hals, les styles des deux artistes comportent d’indubitables similitudes par certains aspects.
1630 genre
Francisco de ZURBARAN - agnus dei

Francisco de ZURBARAN - agnus dei

L'art de Zurbaran révèle une grande force visuelle et un profond mysticisme — et il devient un artiste emblématique de la Contre-Réforme. D'abord très marqué par le Caravage, son style austère et sombre évolue pour se rapprocher des maîtres maniéristes italiens. Ses représentations s'éloignent du réalisme de Vélasquez et ses compositions s'éclaircissent dans des tons plus acides.
peinture, huile sur bois. 38 x 62 cm, Madrid, Musee du Prado
1630 religieux
Frans HALS - bouffon jouant du luth

Frans HALS - bouffon jouant du luth

Les tableaux de Frans Hals se distinguent par leur expressivité. Les coups de pinceau détachés sont caractéristiques de sa manière, et il participa à l’introduction de cette vivacité de style dans l’art néerlandais. Hals contribua aussi, avec ses portraits de garde civile et de régents, à l’évolution du portrait de groupe au xviie siècle.
Son style devait par ailleurs exercer une influence considérable, plus de deux siècles après lui, sur les représentants des courants réaliste – comme Gustave Courbet –, et impressionniste – comme Van Gogh, Monet et Manet.
1623 portrait
Anton van DYCK - Marchesa Elena Grimaldi

Anton van DYCK - Marchesa Elena Grimaldi

Van Dyck étudia pendant six ans les maîtres italiens tels que Titien et Véronèse et où il jeta les fondations de sa carrière de portraitiste à succès. Van Dyck eut une grande influence sur les portraitistes anglais et, par suite, on le considère souvent comme le créateur de l’École anglaise de peinture. Il fut le maître du peintre d'origine flamande Jean de Reyn.
Un pigment de peinture à l’huile, le brun van Dyck, lui doit son nom, ainsi qu’un procédé photographique, le procédé Van Dyke.
peinture, pays-bas, huile sur bois 192.1 x 151.4, Washington, National Gallery of Art
1623 portrait
Hendrick AVERCAMP - paysage d'hiver avec patineurs

Hendrick AVERCAMP - paysage d'hiver avec patineurs


1608
Jacob JORDAENS - les 4 evangelistes

Jacob JORDAENS - les 4 evangelistes

Mathieu, Marc et Luc recueillis entourent le jeune Jean, perdu dans une profonde méditation.
Pour modèles de ses écrivains sacrés, Jordaens a pris des Anversois du peuple qu’il a fait poser dans une attitude très simple, drapés de bure, comme le Caravage l’avait fait avec ses saints et saintes inspirés par de pauvres gens aperçus dans une rue de Rome ou de Naples. L’influence caravagesque est également visible dans la répartition de la lumière et dans la technique des volumes et des modèles.
Par la beauté d’une technique savoureuse et puissante, par la pureté des lignes, par la sincérité du sentiment religieux, Jordaens a donné une émouvante grandeur à ces figures rustiques ennoblies par la méditation spirituelle.
1608 religieux
Pierre-Paul RUBENS - 4 etudes pour une tete de negre

Pierre-Paul RUBENS - 4 etudes pour une tete de negre

Il s'agit là pour Pierre-Paul Rubens d'une peinture d'étude du visage d'un Noir (quatre portraits brossés à la hâte sur la même toile), probablement d'après nature, réalisée par Pierre-Paul Rubens vraisemblablement en vue d'une 'adoration des Rois Mages'(?) visible à Bruxelles aux Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique.
peinture, belgique, etude sur toile, Bruxelles, Musee royal des Beaux-Arts
1600 biblique
Paolo VERONESE - fete chez Levi (detail)

Paolo VERONESE - fete chez Levi (detail)

Véronèse est connu comme un grand coloriste ainsi que pour ses décorations illusionnistes (trompe-l’œil) en fresque et huile. Bien qu'il ait joui d'une réelle popularité de son vivant, notamment à Venise, il fut ignoré des critiques de son temps qui parlent de l’art vénitien,
1573