Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique classique - autres / cinema / photographie / architecture / sculpture / mode / / lieux / histoire / documentation / textes /
fresques / icones / trecento / quattrocento / renaissance / classique / romantique / academisme / raphaelisme / impressionisme / pointillisme / fauvisme / nabis / naifs / expressionisme / surrealisme / cubisme /art nouveau / orientalisme / itinerants / symbolisme / fantastique / moderne / abstrait / pop-art / underground /

◀◀       aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste

Warning: getimagesize(../data/peinture/@selection2/vinci - vierge a lenfant avec sainte anne 1510 (paris, louvre).jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/brouage/e-doc3.php on line 362

Leonard de VINCI - vierge a l'enfant avec Sainte Anne


1510
MICHEL-ANGE - la creation d'Adam (detail)

MICHEL-ANGE - la creation d'Adam (detail)

Dans cette boue
faite à son image
Dieu souffla l'esprit.
Et l'homme devint
une âme vivante...

Marguerite Yourcenar - la création

La Création d'Adam, fresque située sur la voûte de la chapelle Sixtine, peinte par Michel-Ange de 1508 à 1512, illustre l'histoire biblique tirée de la Genèse dans laquelle Dieu infuse la vie dans Adam, le premier homme.
Chronologiquement c'est le quatrième panneau de la série illustrant les épisodes de la Genèse sur le plafond de la chapelle, et il fut l'un des derniers à être achevé.

Dieu est représenté comme un vieil homme barbu enveloppé dans une cape virevoltante, qui peut faire penser par sa forme à un cerveau humain, ce qui voudrait dire que Dieu apporte la conscience à Adam. Nous pouvons aussi remarquer que cette forme rouge pourrait représenter un utérus où c'est Dieu qui donne la vie accompagné de ses anges. Il partage la cape avec des chérubins. Son bras gauche est enroulé autour d'une figure féminine, normalement interprétée comme Ève, qui n'est pas encore crée et, de manière figurative, attend au Paradis de recevoir une forme terrestre. Le bras droit de Dieu est tendu pour donner l'étincelle de vie, du bout de son propre doigt vers celui d'Adam, dont le bras gauche est prolongé dans une pose comparable à celle de Dieu. Détail célèbre, l'index d'Adam et celui de Dieu sont séparés par une courte distance, ce qui laisse penser que c'est une séparation entre Dieu et Adam. Ce tableau représente une idée humaniste dans la mesure où l'Homme est à l'image de Dieu.
La composition est évidemment artistique et non littérale, car Adam est éloigné de Dieu, avant même qu'il lui soit réellement donné la « vie ». Pour cette même raison, Ève est représentée visuellement avant sa propre création. Mais l'inclusion précoce de cette figure féminine a mené certains à penser qu'elle puisse être plutôt Lilith, la première épouse mythique d'Adam, bien que chronologiquement Lilith ait également été créée après Adam. le rouge en francais signifie adam en hébreu.
peinture, italie, fresque, Rome, Chapelle Sixtine
1508 religieux
RAPHAEL - deux tetes d'hommes

RAPHAEL - deux tetes d'hommes

La vraie jeunesse ne s'use pas.
On a beau l'appeler souvenir,
On a beau dire qu'elle disparaît,
On a beau dire et vouloir dire que tout s'en va,
Tout ce qui est vrai reste là

Jacques Prevert

Le style de Raphaël se caractérise par une utilisation presque égale du dessin et de la couleur car, contrairement à un grand nombre de peintres, il ne laisse pas l'un dominer l'autre : il est aussi précis dans le trait que dans la répartition des teintes. Cela se doit à sa manière de travailler : imiter les artistes de son époque et ses prédécesseurs en choisissant ce qui pourrait lui être utile.
Son art fait de mesure, de grâce et d'harmonie a profondément influencé la peinture occidentale jusqu'au xixe siècle.
Casanova disait qu'« aucun peintre n'a surpassé Raphaël dans la beauté des figures. » Delacroix affirmait que le simple nom de Raphaël « rappelle à l'esprit tout ce qu'il y a de plus élevé dans la peinture ». De même, Ingres vouait un véritable culte à Raphaël, tant dans son style dominé par un graphisme proche du maître de la Renaissance que d'hommages récurrents à son œuvre.
peinture, italie, dessin, Paris, Musée du Louvre

Enfant charmant à voir,
Et couronné de roses,
Je montre aux cœurs moroses
Ce qu'ils voudraient avoir
Vieillard à la voix tendre,
Que chacun aime entendre
Et cherche à retenir
J'entre au seuil, et, doux hôte,
Je rends ce que l'âge ôte,
Je suis le souvenir

Évariste Boulay-Paty

Chaque âge a ses humeurs,
son goût et ses plaisirs.

Mathurin Régnier - Satire V






1508 biblique

Warning: getimagesize(../data/peinture/@selection2/vinci - Female head (La Scapigliata). 1508. Oil on panel. 27 x 21 cm. Galleria Nazionale, Palazzo della Pilotta, Parma, Italy.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/brouage/e-doc3.php on line 362
RAPHAEL - deux tetes d'hommes

Leonard de VINCI - tete de femme (La Scapigliata)

La vraie jeunesse ne s'use pas.
On a beau l'appeler souvenir,
On a beau dire qu'elle disparaît,
On a beau dire et vouloir dire que tout s'en va,
Tout ce qui est vrai reste là

Jacques Prevert

Le style de Raphaël se caractérise par une utilisation presque égale du dessin et de la couleur car, contrairement à un grand nombre de peintres, il ne laisse pas l'un dominer l'autre : il est aussi précis dans le trait que dans la répartition des teintes. Cela se doit à sa manière de travailler : imiter les artistes de son époque et ses prédécesseurs en choisissant ce qui pourrait lui être utile.
Son art fait de mesure, de grâce et d'harmonie a profondément influencé la peinture occidentale jusqu'au xixe siècle.
Casanova disait qu'« aucun peintre n'a surpassé Raphaël dans la beauté des figures. » Delacroix affirmait que le simple nom de Raphaël « rappelle à l'esprit tout ce qu'il y a de plus élevé dans la peinture ». De même, Ingres vouait un véritable culte à Raphaël, tant dans son style dominé par un graphisme proche du maître de la Renaissance que d'hommages récurrents à son œuvre.
peinture, italie, dessin, Paris, Musée du Louvre

Enfant charmant à voir,
Et couronné de roses,
Je montre aux cœurs moroses
Ce qu'ils voudraient avoir
Vieillard à la voix tendre,
Que chacun aime entendre
Et cherche à retenir
J'entre au seuil, et, doux hôte,
Je rends ce que l'âge ôte,
Je suis le souvenir

Évariste Boulay-Paty

Chaque âge a ses humeurs,
son goût et ses plaisirs.

Mathurin Régnier - Satire V






1508

Warning: getimagesize(../data/peinture/@selection2/bosch - le jardin des delices detail.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/brouage/e-doc3.php on line 362
RAPHAEL - deux tetes d'hommes

Jerome BOSCH - le jardin des delices (detail panneau central)

La vraie jeunesse ne s'use pas.
On a beau l'appeler souvenir,
On a beau dire qu'elle disparaît,
On a beau dire et vouloir dire que tout s'en va,
Tout ce qui est vrai reste là

Jacques Prevert

Le style de Raphaël se caractérise par une utilisation presque égale du dessin et de la couleur car, contrairement à un grand nombre de peintres, il ne laisse pas l'un dominer l'autre : il est aussi précis dans le trait que dans la répartition des teintes. Cela se doit à sa manière de travailler : imiter les artistes de son époque et ses prédécesseurs en choisissant ce qui pourrait lui être utile.
Son art fait de mesure, de grâce et d'harmonie a profondément influencé la peinture occidentale jusqu'au xixe siècle.
Casanova disait qu'« aucun peintre n'a surpassé Raphaël dans la beauté des figures. » Delacroix affirmait que le simple nom de Raphaël « rappelle à l'esprit tout ce qu'il y a de plus élevé dans la peinture ». De même, Ingres vouait un véritable culte à Raphaël, tant dans son style dominé par un graphisme proche du maître de la Renaissance que d'hommages récurrents à son œuvre.
peinture, italie, dessin, Paris, Musée du Louvre

Enfant charmant à voir,
Et couronné de roses,
Je montre aux cœurs moroses
Ce qu'ils voudraient avoir
Vieillard à la voix tendre,
Que chacun aime entendre
Et cherche à retenir
J'entre au seuil, et, doux hôte,
Je rends ce que l'âge ôte,
Je suis le souvenir

Évariste Boulay-Paty

Chaque âge a ses humeurs,
son goût et ses plaisirs.

Mathurin Régnier - Satire V






1503

Warning: getimagesize(../data/peinture/@selection2/bosch - Triptych of Garden of Earthly Delights (detail). 1500. Oil on panel. Museo del Prado, Madrid.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/brouage/e-doc3.php on line 362
RAPHAEL - deux tetes d'hommes

Jerome BOSCH - le jardin des delices (detail)

La vraie jeunesse ne s'use pas.
On a beau l'appeler souvenir,
On a beau dire qu'elle disparaît,
On a beau dire et vouloir dire que tout s'en va,
Tout ce qui est vrai reste là

Jacques Prevert

Le style de Raphaël se caractérise par une utilisation presque égale du dessin et de la couleur car, contrairement à un grand nombre de peintres, il ne laisse pas l'un dominer l'autre : il est aussi précis dans le trait que dans la répartition des teintes. Cela se doit à sa manière de travailler : imiter les artistes de son époque et ses prédécesseurs en choisissant ce qui pourrait lui être utile.
Son art fait de mesure, de grâce et d'harmonie a profondément influencé la peinture occidentale jusqu'au xixe siècle.
Casanova disait qu'« aucun peintre n'a surpassé Raphaël dans la beauté des figures. » Delacroix affirmait que le simple nom de Raphaël « rappelle à l'esprit tout ce qu'il y a de plus élevé dans la peinture ». De même, Ingres vouait un véritable culte à Raphaël, tant dans son style dominé par un graphisme proche du maître de la Renaissance que d'hommages récurrents à son œuvre.
peinture, italie, dessin, Paris, Musée du Louvre

Enfant charmant à voir,
Et couronné de roses,
Je montre aux cœurs moroses
Ce qu'ils voudraient avoir
Vieillard à la voix tendre,
Que chacun aime entendre
Et cherche à retenir
J'entre au seuil, et, doux hôte,
Je rends ce que l'âge ôte,
Je suis le souvenir

Évariste Boulay-Paty

Chaque âge a ses humeurs,
son goût et ses plaisirs.

Mathurin Régnier - Satire V






1500
Leonard de VINCI - l'homme de Vitruve

Leonard de VINCI - l'homme de Vitruve

On trouve la proportion non seulement
dans les mesures et les nombres,
mais encore dans les sons, les poids,
les temps, les lieux
et en toute forme d'énergie

Leonard de Vinci

L’« homme de Vitruve » (ou homme vitruvien) est le nom communément donné au dessin à la plume, encre et lavis sur papier, intitulé Étude de proportions du corps humain selon Vitruve et réalisé par Léonard de Vinci aux alentours de 1492.
Ce dessin a appartenu à la collection d’œuvres 12 d’art graphique de Giuseppe Bossi avant d’être acheté en 1822 par les Gallerie dell’Accademia de Venise.

Quatre doigts font une paume, et quatre paumes font un pied, six paumes font une coude : quatre coudes font la hauteur d’un homme. Et quatre coudes font un double pas, et vingt-quatre paumes font un homme ; et il a utilisé ces mesures dans ses constructions.
Si vous ouvrez les jambes de façon à abaisser votre hauteur d’un quatorzième, et si vous étendez vos bras de façon que le bout de vos doigts soit au niveau du sommet de votre tête, vous devez savoir que le centre de vos membres étendus sera au nombril, et que l’espace entre vos jambes sera un triangle équilatéral.
La longueur des bras étendus d’un homme est égale à sa hauteur.
Depuis la racine des cheveux jusqu’au bas du menton, il y a un dixième de la hauteur d’un homme. Depuis le bas du menton jusqu’au sommet de la tête, un huitième. Depuis le haut de la poitrine jusqu’au sommet de la tête, un sixième ; depuis le haut de la poitrine jusqu’à la racine de cheveux, un septième.
Depuis les tétons jusqu’au sommet de la tête, un quart de la hauteur de l’homme. La plus grande largeur des épaules est contenue dans le quart d’un homme. Depuis le coude jusqu’au bout de la main, un cinquième. Depuis le coude jusqu’à l’angle de l’avant bras, un huitième.
La main complète est un dixième de l’homme. Le début des parties génitales est au milieu. Le pied est un septième de l’homme. Depuis la plante du pied jusqu’en dessous du genou, un quart de l’homme. Depuis sous le genou jusqu’au début des parties génitales, un quart de l’homme.
La distance du bas du menton au nez, et des racines des cheveux aux sourcils est la même, ainsi que l’oreille : un tiers du visage. »
— Vitruve, dans son ouvrage De l’architecture.
peinture, italie, encre et lavis sur papier, Venise, Gallerie dell’Accademia
1492 biblique

Warning: getimagesize(../data/peinture/@selection2/ghirlandaio.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/brouage/e-doc3.php on line 362
Leonard de VINCI - l'homme de Vitruve

Domenico GHIRLANDAIO - le vieil homme et l'enfant

On trouve la proportion non seulement
dans les mesures et les nombres,
mais encore dans les sons, les poids,
les temps, les lieux
et en toute forme d'énergie

Leonard de Vinci

L’« homme de Vitruve » (ou homme vitruvien) est le nom communément donné au dessin à la plume, encre et lavis sur papier, intitulé Étude de proportions du corps humain selon Vitruve et réalisé par Léonard de Vinci aux alentours de 1492.
Ce dessin a appartenu à la collection d’œuvres 12 d’art graphique de Giuseppe Bossi avant d’être acheté en 1822 par les Gallerie dell’Accademia de Venise.

Quatre doigts font une paume, et quatre paumes font un pied, six paumes font une coude : quatre coudes font la hauteur d’un homme. Et quatre coudes font un double pas, et vingt-quatre paumes font un homme ; et il a utilisé ces mesures dans ses constructions.
Si vous ouvrez les jambes de façon à abaisser votre hauteur d’un quatorzième, et si vous étendez vos bras de façon que le bout de vos doigts soit au niveau du sommet de votre tête, vous devez savoir que le centre de vos membres étendus sera au nombril, et que l’espace entre vos jambes sera un triangle équilatéral.
La longueur des bras étendus d’un homme est égale à sa hauteur.
Depuis la racine des cheveux jusqu’au bas du menton, il y a un dixième de la hauteur d’un homme. Depuis le bas du menton jusqu’au sommet de la tête, un huitième. Depuis le haut de la poitrine jusqu’au sommet de la tête, un sixième ; depuis le haut de la poitrine jusqu’à la racine de cheveux, un septième.
Depuis les tétons jusqu’au sommet de la tête, un quart de la hauteur de l’homme. La plus grande largeur des épaules est contenue dans le quart d’un homme. Depuis le coude jusqu’au bout de la main, un cinquième. Depuis le coude jusqu’à l’angle de l’avant bras, un huitième.
La main complète est un dixième de l’homme. Le début des parties génitales est au milieu. Le pied est un septième de l’homme. Depuis la plante du pied jusqu’en dessous du genou, un quart de l’homme. Depuis sous le genou jusqu’au début des parties génitales, un quart de l’homme.
La distance du bas du menton au nez, et des racines des cheveux aux sourcils est la même, ainsi que l’oreille : un tiers du visage. »
— Vitruve, dans son ouvrage De l’architecture.
peinture, italie, encre et lavis sur papier, Venise, Gallerie dell’Accademia
1490 biblique

Warning: getimagesize(../data/peinture/@selection2/botticelli - Venus and the Three Graces Presenting Gifts to a Young Woman. 1484. Fresco transferred to canvas. 211 x 284 cm. Louvre Museum, Paris.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /public_html/brouage/e-doc3.php on line 362
Leonard de VINCI - l'homme de Vitruve

Sandro BOTTICELLI - Venus et les trois graces

On trouve la proportion non seulement
dans les mesures et les nombres,
mais encore dans les sons, les poids,
les temps, les lieux
et en toute forme d'énergie

Leonard de Vinci

L’« homme de Vitruve » (ou homme vitruvien) est le nom communément donné au dessin à la plume, encre et lavis sur papier, intitulé Étude de proportions du corps humain selon Vitruve et réalisé par Léonard de Vinci aux alentours de 1492.
Ce dessin a appartenu à la collection d’œuvres 12 d’art graphique de Giuseppe Bossi avant d’être acheté en 1822 par les Gallerie dell’Accademia de Venise.

Quatre doigts font une paume, et quatre paumes font un pied, six paumes font une coude : quatre coudes font la hauteur d’un homme. Et quatre coudes font un double pas, et vingt-quatre paumes font un homme ; et il a utilisé ces mesures dans ses constructions.
Si vous ouvrez les jambes de façon à abaisser votre hauteur d’un quatorzième, et si vous étendez vos bras de façon que le bout de vos doigts soit au niveau du sommet de votre tête, vous devez savoir que le centre de vos membres étendus sera au nombril, et que l’espace entre vos jambes sera un triangle équilatéral.
La longueur des bras étendus d’un homme est égale à sa hauteur.
Depuis la racine des cheveux jusqu’au bas du menton, il y a un dixième de la hauteur d’un homme. Depuis le bas du menton jusqu’au sommet de la tête, un huitième. Depuis le haut de la poitrine jusqu’au sommet de la tête, un sixième ; depuis le haut de la poitrine jusqu’à la racine de cheveux, un septième.
Depuis les tétons jusqu’au sommet de la tête, un quart de la hauteur de l’homme. La plus grande largeur des épaules est contenue dans le quart d’un homme. Depuis le coude jusqu’au bout de la main, un cinquième. Depuis le coude jusqu’à l’angle de l’avant bras, un huitième.
La main complète est un dixième de l’homme. Le début des parties génitales est au milieu. Le pied est un septième de l’homme. Depuis la plante du pied jusqu’en dessous du genou, un quart de l’homme. Depuis sous le genou jusqu’au début des parties génitales, un quart de l’homme.
La distance du bas du menton au nez, et des racines des cheveux aux sourcils est la même, ainsi que l’oreille : un tiers du visage. »
— Vitruve, dans son ouvrage De l’architecture.
peinture, italie, encre et lavis sur papier, Venise, Gallerie dell’Accademia
1484
Antonello da MESSINE - Vierge de l'Annonciation

Antonello de Messine - Vierge de l'Annonciation

C’est de ses entrailles
qu’Il reçut sa chair,
Aussi s’est-il appelé
le fils de l’homme.

Saint Jean de la Croix, poésie XVIII

La sobriété et la modernité de la composition de La Vierge de l\'Annonciation , peinte en 1476 ou 1477, en font une œuvre majeure de la Renaissance italienne (palais Abatellis, Palerme).
1477