Brouage Aunis et Saintonge en images - photographies Francois Poulet-Mathis
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique classique - autres / cinema / photographie / architecture / sculpture / mode / / lieux / histoire / documentation / textes /
fresques / icones / trecento / quattrocento / renaissance / classique / romantique / academisme / raphaelisme / impressionisme / pointillisme / fauvisme / nabis / naifs / expressionisme / surrealisme / cubisme /art nouveau / orientalisme / itinerants / symbolisme / fantastique / moderne / abstrait / pop-art / underground /

◀◀     aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
Francisco de ZURBARAN - agnus dei

Francisco de ZURBARAN - agnus dei

L'art de Zurbaran révèle une grande force visuelle et un profond mysticisme — et il devient un artiste emblématique de la Contre-Réforme. D'abord très marqué par le Caravage, son style austère et sombre évolue pour se rapprocher des maîtres maniéristes italiens. Ses représentations s'éloignent du réalisme de Vélasquez et ses compositions s'éclaircissent dans des tons plus acides.
peinture, huile sur bois. 38 x 62 cm, Madrid, Musee du Prado
1630 religieux
Jamie WEYTH - mouette

Jamie WEYTH - mouette

James Browning Wyeth (né en Juillet 6, 1946) est un peintre réaliste américain contemporain. Il a grandi à Chadds Ford Township, en Pennsylvanie, fils d'Andrew Wyeth et petit-fils de NC Wyeth. Il est l'héritier artistique de la tradition de l'école de Brandywine, les peintres qui travaillaient dans la zone rurale Brandywine River of Delaware et en Pennsylvanie, en décrivant ses gens, les animaux et les paysages.
fantastique
Joseph WRIGHT of Derby - experience avec une pompe à air

Joseph WRIGHT of Derby - experience avec une pompe air

Joseph Wright of Derby deceit une experience du physicien Roger Boyle.
Roger Boyle est à l'origine de la machine. Il s'agit d'une pompe à air. L'expérience consiste à vérifier les effets de la création du vide avec une pompe pneumatique et une cloche de verre. cette expérience prévoit deux variantes : on pouvait choisir d’insérer un petit animal ou une vessie pleine d'air. La version de Wright of derby est la plus cruelle car c'est un petit oiseau qui se trouve dans la cloche de verre. Comment ne pas voir les visages inquiets des enfants.
1768
Grant WOOD (1891-1942) - american gothic

Christopher WOOD (1901-1930) - couple de mormons

Wood a été inspiré par un chalet conçu dans le style néogothique (American gothic house) avec une fenêtre supérieure caractéristique et il a décidé de le peindre avec « le genre de personnes qu'[il] imaginait devoir vivre dans cette maison. »
Le tableau montre un paysan debout à côté de sa fille célibataire. Les modèles étaient le dentiste et la sœur de Wood. La femme est vêtue d'un tablier imprimé colonial imitant le style traditionnel américain du xixe siècle et le couple est dans les rôles traditionnels des hommes et des femmes, la fourche représentant le dur labeur et les fleurs au-dessus de l'épaule droite de la femme suggérant la vie domestique.
C'est une des images les plus connues de l'art américain du xxe siècle, et elle est souvent parodiée dans la culture populaire américaine.
American Gothic est un tableau de Grant Wood faisant partie de la collection de l'Institut d'art de Chicago.

Grant DeVolson Wood, né le 13 février 1891 à Anamosa dans l'Iowa et mort le 12 février 1942 à Iowa City, est un peintre américain. Il est surtout connu pour ses peintures du Middle West rural américain.
1930 scenes rurales
James Abbott McNeill WHISTLER - Battersea Reach from Lindsey Houses

James Abbott McNeill WHISTLER - Battersea Reach from Lindsey Houses

Whistler était persuadé que l'art devrait se concentrer sur l'harmonie des couleurs, ce qui lui valut beaucoup de critiques. il a été vu alors comme un précurseur de l'art abstrait. Il aimait l'harmonie des formes et de couleur et souhaitait créer un art basé sur des lois précises de composition où le dessin est maitrisé. il disait: "l'Art est la science du Beau".
Il sera considéré comme l'initiateur de l'impressionnisme anglais. Il considérait la peinture comme une pure expérience esthétique au-delà des valeurs de la représentation et se rapprochera de la culture symboliste des années 1880-1890.

peinture, huile sur bois 51.44 cm x 76.52 cm, Hunterian Museum, Univ. of Glasgow
1868 impressionisme
Julian Alden WEIR

Julian Alden WEIR

Julian Alden Weir (30 août 1852 – 8 décembre 1919) est un peintre impressionniste américain qui fut membre de la Cos Cob Art Colony de Greenwich dans le Connecticut. Il fut aussi l'un des membres du Groupe des Dix, une association d'artistes insatisfaits des prestations des organisations d'artistes professionnels, qui s'unirent, en 1898, afin d'exposer en commun leurs œuvres.
Weir est né et a grandi à West Point dans l'État de New York. Il est le fils de Robert Walter Weir, professeur de dessin à Académie militaire. Son frère aîné, John Ferguson Weir, devint également un peintre célèbre dans le style des écoles de l'Hudson et de Barbizon.
Julian Weir commença ses études artistiques à la National Academy of Design au début des années 1870, avant de rejoindre l'École des Beaux-Arts de Paris en 1873. En France il étudie sous la direction de Jean-Léon Gérôme et se lie d'amitié avec Jules Bastien-Lepage.
1900
Antoine WATTEAU - les deux cousines

Antoine WATTEAU - les deux cousines

Acquises en 1990, Les Deux Cousines de Watteau représentent la quintessence de l’art d’Antoine Watteau (1684-1721). Le tableau a fait récemment l’objet d’une étude scientifique dans le cadre du projet de recherche sur Watteau et la fête galante mené par le département des Peintures avec la collaboration du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF). Cette étude a permis quelques découvertes.
peinture, france, huile sur toile, Paris, Musee du Louvre
1717
Leonard de VINCI - l'homme de Vitruve

Leonard de VINCI - l'homme de Vitruve

L’« homme de Vitruve » (ou homme vitruvien) est le nom communément donné au dessin à la plume, encre et lavis sur papier, intitulé Étude de proportions du corps humain selon Vitruve et réalisé par Léonard de Vinci aux alentours de 1492.
Ce dessin a appartenu à la collection d’œuvres 12 d’art graphique de Giuseppe Bossi avant d’être acheté en 1822 par les Gallerie dell’Accademia de Venise.

Quatre doigts font une paume, et quatre paumes font un pied, six paumes font une coude : quatre coudes font la hauteur d’un homme. Et quatre coudes font un double pas, et vingt-quatre paumes font un homme ; et il a utilisé ces mesures dans ses constructions.
Si vous ouvrez les jambes de façon à abaisser votre hauteur d’un quatorzième, et si vous étendez vos bras de façon que le bout de vos doigts soit au niveau du sommet de votre tête, vous devez savoir que le centre de vos membres étendus sera au nombril, et que l’espace entre vos jambes sera un triangle équilatéral.
La longueur des bras étendus d’un homme est égale à sa hauteur.
Depuis la racine des cheveux jusqu’au bas du menton, il y a un dixième de la hauteur d’un homme. Depuis le bas du menton jusqu’au sommet de la tête, un huitième. Depuis le haut de la poitrine jusqu’au sommet de la tête, un sixième ; depuis le haut de la poitrine jusqu’à la racine de cheveux, un septième.
Depuis les tétons jusqu’au sommet de la tête, un quart de la hauteur de l’homme. La plus grande largeur des épaules est contenue dans le quart d’un homme. Depuis le coude jusqu’au bout de la main, un cinquième. Depuis le coude jusqu’à l’angle de l’avant bras, un huitième.
La main complète est un dixième de l’homme. Le début des parties génitales est au milieu. Le pied est un septième de l’homme. Depuis la plante du pied jusqu’en dessous du genou, un quart de l’homme. Depuis sous le genou jusqu’au début des parties génitales, un quart de l’homme.
La distance du bas du menton au nez, et des racines des cheveux aux sourcils est la même, ainsi que l’oreille : un tiers du visage. »
— Vitruve, dans son ouvrage De l’architecture.
peinture, italie, encre et lavis sur papier, Venise, Gallerie dell’Accademia
1492 biblique
Vierge de Vladimir

Vierge de Vladimir

La Théotokos de Vladimir, également connue sous les noms de Notre-Dame de Vladimir, Vierge de Vladimir ou Vladimirskaïa, est une des icônes orthodoxes les plus vénérées de Russie. La Théotokos (Marie) est considérée comme la sainte protectrice de la Russie. L'icône est exposée dans la galerie Tretiakov de Moscou. Sa fête est le 3 juin. Plus encore que les icônes les plus célèbres, l'original a été maintes fois copié au cours des siècles, et de nombreuses copies ont acquis une signification artistique et religieuse considérable. L'icône est une version du type Eleusa, Vierge de « Tendresse », avec l'Enfant-Jésus se blottissant contre la joue de sa Mère. Ce type deviendra par la suite très populaire.
Luc Chrysoberges, patriarche de Constantinople envoya l'icône comme cadeau au grand-duc Iouri Dolgorouki de Kiev vers 1131. La belle image convoitée par le fils de Iouri fut placée dans le monastère Mejihirski jusqu'à ce qu'Andreï Bogolioubski la porte dans sa ville préférée, Vladimir, en 1155. Lorsque les chevaux qui transportaient l'icône s'arrêtèrent près de Vladimir et refusèrent d'aller plus loin, ceci fut interprété comme un signe que la Theotokos voulait que l'icône reste à Vladimir. L'on fit construire la grande cathédrale de l'Assomption pour abriter l'icône et d'autres églises consacrées à la Vierge dans tout le nord-ouest de la Russie.
L'image fut transportée de Vladimir à la nouvelle capitale, Moscou, pour protéger la Russie de l'invasion de Tamerlan en 1395. L'endroit où la population et le prince régnant rencontrèrent l'icône fut commémoré par la construction du monastère Sretensky. Vassili Ier de Moscou passa une nuit à pleurer devant l'icône et les armées de Tamerlan se retirèrent le même jour. Les Moscovites refusèrent alors de restituer l'icône à Vladimir et la placèrent dans la cathédrale de la Dormition du Kremlin de Moscou. Selon la tradition populaire, l'intercession de la Théotokos, à travers l'icône, sauva également Moscou des hordes tatares en 1451 et en 1480.
L'icône de Notre-Dame de Vladimir est parfois décrite comme exprimant le sentiment universel de l'amour maternel et l'anxiété vis-à-vis de son enfant. Au xvie siècle, la Vladimirskaïa — comme l'appellent les Russes — devint objet de légende. La tradition de l'Église affirme que l'icône fut peinte par saint Luc, ce qui a été démenti par l'analyse de l'image. L'icône était vénérée pendant le couronnement des tsars, les élections des patriarches et à l'occasion d'autres cérémonies d'État. En décembre 1941, alors que les Allemands approchaient de Moscou, Staline aurait ordonné que l'icône fût placée dans un avion qui faisait le tour de la capitale assiégée. L'armée allemande commença à se retirer quelques jours après.
L'icône de Notre-Dame de Vladimir est considérée comme l'icône la plus importante de la période comnénienne d'un point de vue artistique. Elle exprime une humanité et une émotion plus profondes que les œuvres typiques de l'art byzantin de la période précédente. David Talbot Rice affirme, dans la dernière édition de l'Encyclopédie Britannica : « elle est d'une importance considérable dans l'histoire de la peinture, car il s'agit non seulement d'un travail de très haute qualité, mais également d'une icône plus humaine d'un style nouveau qui anticipe sur la fin du style byzantin qui connut son apogée entre 1204 et 1453 ».
,Moscou, Gallerie Tretyakov
1131
Paolo VERONESE - fete chez Levi (detail)

Paolo VERONESE - fete chez Levi (detail)

Véronèse est connu comme un grand coloriste ainsi que pour ses décorations illusionnistes (trompe-l’œil) en fresque et huile. Bien qu'il ait joui d'une réelle popularité de son vivant, notamment à Venise, il fut ignoré des critiques de son temps qui parlent de l’art vénitien,
1573