[page precedente]  [retour menu]   [actualiser]   [rechercher]   [repertoires]   

publications (facebook) (la) les plus anciennes / (la) les plus recentes - par oeuvres asc / desc - par musiques asc / desc
Rechercher:
date de publication: mardi 11 janvier 2022


REYNOLDS, The Ladies Waldegrave 1780 - BACH, cantate bwv 51, 04 air choral sop

Rien n'est plus délicieux que l'attente de ce qui paraît inéluctable (Anne BERNARD)

Un rêve sans amour est un rêve oublié (Paul ELUARD)


Sir Joshua REYNOLDS - les dames Waldegrave 1780
En conversation, les trois filles du Comte James Waldegrave et de la Comtesse Maria Walpole, Charlotte, Élisabeth, et Anna, dans l'attente d'un hypothétique mari. Le tableau a été commandé par la mère des jeunes femmes dans l'espoir d'attirer des prétendants potentiels pour elles, toutes les trois étant encore célibataires.
Selon Pierre Rosenberg, «Reynolds, ambitieux, allie dans ses portraits historiques, l'intellectualisme et le romantisme avec une audace psychologique bien nouvelle, inconnue à cette date en Europe continentale». Appelé «le prince des portraitistes» tant il s'est consacré à cet art qu'il a porté à son sommet.

Illustration musicale: Jean-Sebastien BACH - cantate bwv 51, 04 air choral sop
On s'est interrogé sur l'identité de la chanteuse pour laquelle Bach écrivit la cantate et pour quelle fin exactement elle avait été composée tant la partie de soprano et la musique tres enlevée sont extrêmement virtuoses. Les femmes ne chantaient pas à l'église à l'époque de Bach. Aucune conclusion définitive n'a été arrêtée sur la question.